Translate

jeudi 31 mai 2018

43% des chevaux abattus avant dix ans : le message de l'éthologue Martine Haussberger

Ce n'est pas facile de garder les chevaux en état de bien-être au box
Passionnante la journée équine  "Performance et santé au travail" organisée le 31 mai dernier par la MSA au centre équestre de Lège Cap Ferret. Martine Haussberger, directrice du laboratoire d'éthologie de l'université de Rennes, a notamment rappelé que trop de chevaux étaient abattus pour des problèmes comportementaux. Elle a donné des solutions pour éviter les accidents.

Les chiffres parlent d'eux-même! Un tiers des chevaux sont considérés comme peureux, la moitié sont perçus comme nerveux et 60% ont des réactions fortes lorsqu'ils sont séparés des autres. Les chevaux qui vivent en box ont des comportements plus menaçants que ceux qui vivent au pré. Sur 660 chevaux testés, 30 à 70 % ont menacé l'expérimentateur. La variation du chiffre est fonction des établissements et du mode de vie des chevaux.

Les différences de comportement dépendent de la génétique, de la race mais aussi des facteurs environnementaux. Et de souligner que les chevaux qui vivent dans des box individuels ont des réactions moins appropriés que ceux qui vivent en paddock. "On voit plus de morsures et de coups de pied chez le cheval qui vit en permanence en box" a-t-elle souligné. La chercheuse a également révélé l'"effet soigneur". Selon la sérénité et le savoir faire du soigneur, les chevaux ont une façon différente de percevoir l'homme. Elle a également invité les cavaliers à toujours chercher s'il y a  une relation entre une manifestation d'agressivité et un problème de santé. "Aujourd'hui, beaucoup de chevaux montés ont un problème de colonne vertébrale".  Elle a également parlé des chevaux dépressifs (20% environ).

Bref, elle a invité les participants à être très attentifs aux signaux envoyés par le cheval  et à veiller à leur bien-être. Il n'y a pas à tergiverser! Le cheval a absolument besoin de contacts sociaux, de fourrage (pas seulement des granulés) et de mouvement. A chaque propriétaire, cavalier ou gérant de centre équestre de s'organiser pour répondre à ses besoins vitaux!
Martine Haussberger, éthologue, directrice du CNRS de Rennes

A suivre les interventions d'Olivier Pulls et de Nicolas Sanson, écuyers du Cadre Noir sur la sécurité, le travail du cheval et la préparation physique et mentale du cavalier.

Lien vers la MSA

2 commentaires :

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais pas d'ou viennent ces chiffres ahurissants, mais ils ne correspondent a aucune realite que j'ai connue en 55 ans de metier. J'ai plus de 100 chevaux dans mon elevage au Kentucky-USA, dont 20 au boxe (etalons et chevaux de GP), aucun ne mord, ou tape, ou menace, meme pendant les saillies. De dire que les chevaux peuvent etre nerveux, peureux ou n'aiment pas etre separes est une possibilite qui correspond a leur nature, mais un peu de dressage resoud tout ca tres vite. Les chevaux ne sont pas plus nerveux au boxe qu'au pre.
    Quand j'etais jeune, je montais dans un club ou tous les chevaux etaient en boxe ou en stalle, travaillaient tous les jours et je n'ai JAMAIS vu un cheval abattu pour mauvais conportement. Ce ne sont pas les conditions de vie qui creent les problemes mais l'imcompetence des soignants et instructeurs. Les chevaux s'adaptent tres bien a toutes sortes de conditions s'ils sont rassures par une relation avec un humain calme qui a une autorite suffisante. La relaxation, donc la bonne sante decoule de cela. JP Giacomini - www.jpgiacomini.com

    RépondreSupprimer