Translate

samedi 24 septembre 2016

Mon reportage sur les bébés cavaliers dans Cheval Pratique

A poney, on devient grand!
Ils n'ont que neuf mois, deux ans ou quatre ans mais, déjà, ils montent à poney. Les plus petits sont tenus par les parents, les autres chantent, frappent des main, agitent des rubans, sellent eux-mêmes leur monture, la promènent en main, rangent le matériel... Ils sont sérieux, capables de prendre leurs responsabilités, autonomes et heureux. Ce sont les bébés cavaliers du poney club de la forêt de Moulière. 

Cinq pages de reportage dans Cheval Pratique

A soixante dix neuf ans, Josette Rabouan, créatrice de cette pédagogie active nous a reçu à l'occasion d'un reportage paru dans Cheval Pratique d'octobre ( n° 319).

Voici quelques unes de ces paroles :
- "Le silence permet l'écoute. Les parents ont tendance à en dire toujours trop".
- "Si l'on part du postulat que les enfants peuvent réussir, cela change tout".
- "Je suis portée par les poneys..."
- "Les poneys ramènent les enfants sans cesse dans le présent".
- "Ils les mettent à une place juste".
- "Ils leur servent de guide et leur permettent d'avancer à leur rythme".
- "Ils n'ont pas peur que les enfants attrapent un rhume ou ne réussissent pas dans la vie".
- "Ils leur donnent envie d'apprendre".
- "Les poneys ouvrent l'enfant au monde"...

A méditer! Pour en savoir plus, découvrez mon article dans le dernier Cheval Pratique.

Thierry Ségard  n'a jamais photographié de cavaliers aussi jeunes!

C'est la fête!

Et voilà le "poney berceuse"

Si fière de monter à poney

Même pas peur!




mercredi 21 septembre 2016

Championnats du monde d'endurance : la mort d'Ajayeb


Ivre de douleur, Ajayeb s'est enfuie sur son membre disloqué. Elle n'a même pas eu le réflexe de s'arrêter. Cette pur-sang arabe de quinze ans savait qu'elle devait toujours et à tout prix garder le rythme. Ne jamais ralentir. Aller toujours plus vite. Tout donner. Même avec une fracture ouverte du canon, elle poursuivit sa course folle.  Une machine, voilà ce qu'elle était devenue. Juste un numéro. Le 17.

Arrivée au point d'assistance n°2 de la quatrième boucle, elle n'a même pas pu éviter les bouteilles d'eau qui jonchaient le sol. Son antérieur droit a marché dessus, la bouteille s'est aplatit, 17 a continué. Là, les témoins ont vu qu'un morceau d'os sortait de son canon. Ils ont vu que le pied ne tenait plus que par la peau et les os. Les témoins ont été renvoyés. "No camera, no photo" ont dit les organisateurs. En une minute, l'assistance du 17 a sorti d'un sac poubelle une bâche pour cacher le cheval. No camera, no photo pour Ajayeb.

Aux championnats d'endurance qui viennent de se disputer à Samorin, en Slovaquie, Ajayeb était en tête de la course. Montée par le Sheick Rashid Dalmook al Maktoum, elle menait un train d'enfer (23 km/h) selon la stratégie d'épuisement érigée en règle par les Emirats Arabes Unis. C'est simple: on fonce, ça passe ou ça casse. Résultat: sur 134 partants, seulement 47 ont terminé. Les trois premiers risquent d'être éliminés pour boiterie et pour dopage. Saluons au passage les français qui prennent la deuxième place par équipe.

Fille de Tidjani et de Gharam par Dynamite III, Ajayeb avait été vendue par l'Espagne après sa médaille d'or sous la selle de Jaume Punti Dacho en 2015.  Depuis, elle avait changé dix fois de cavaliers. Pourtant, l'endurance est un sport de couple. Un sport dans lequel le cavalier doit parfaitement connaître son cheval.  Mais peut-on encore qualifier de sport ce business où l'on ne parle que de magouilles, changement de tentes, erreur de chronométrage, vétérinaires qui ne font pas leur travail, corruption...

A Samorin, les aires de grooming ont été tirées au sort pour chaque équipe. Mais celle des EAU (Émirats Arabes Unis) ne leur convenant pas, ils ont changé avec celle des italiens sans que les juges n'y trouvent à redire. D'après les témoignages, Ajayeb n'aurait jamais dû prendre le départ  de la boucle où elle a eu sa fracture. Elle n'était pas "carrée" au contrôle. Quant au gagnant (EAU lui aussi), il était franchement boiteux si l'on regarde la vidéo de son trotting de contrôle.

L'an passé, la fédération émiratie a été sanctionnée par la fédération équestre internationale (FEI). On ne peut pas dire qu'elle en ait tiré la leçon. Que fera la FEI cette année? On attend des sanctions exemplaires, des interdictions de participer à toute compétition à vie pour les cavaliers irrespectueux, une véritable enquête sur les vet-gates et aussi des excuses. Oui, des excuses des Émirats, des excuses des organisateurs.  C'est le moins qu'ils puissent faire en hommage à Ajayeb, à tous les autres chevaux et aux cavaliers qui souhaitent continuer à pratiquer un vrai sport avec de vraies valeurs.

Quant à Samorin, espérons qu'elle  ne sera pas retenue pour organiser les championnats de 2018 ou, au moins qu'elle ne donne des gages d'irréprochabilité.

Vidéo qui permet de voir l'état du cheval arrivé premier, le 71
Lire l'article de la journaliste anglaise Pipa Cuckson
Lien pour lire l'article de l'Eperon
Lien pour l'hommage paru dans le blog horse connect
Lien pour le sondage proposé par Grand Prix Replay à propos des sanctions

jeudi 15 septembre 2016

Journée du cheval : 15 bonnes raisons d'inscrire votre enfant au centre équestre

Les bienfaits psychologiques de l''équitation 
C'est la journée du cheval ce dimanche 18 septembre. Les clubs ouvrent leurs portes, proposent des essais, prennent les inscriptions. Si votre enfant vous supplie de faire du poney, si votre ado a les nerfs à fleur de peau, offrez leur des leçons d'équitation.  C'est le sport le plus beau, le plus bénéfique, le plus noble, le plus.... Et il développe des qualités qui seront utiles pour ses études et plus tard pour sa vie professionnelle. 



  1. L'équitation se pratique le plus souvent à l'extérieur.  Le voir passer l’après midi affalé devant la télé à se goinfrer de gâteaux ne sera plus qu’un lointain souvenir! Quelle que soit la météo, il sera si passionné qu'il va se débrouiller pour organiser son travail scolaire et se libérer pour sa reprise. Qu’il pleuve ou qu’il vente, le cheval a besoin de sortir de son box! Grâce à lui, le cavalier bouge. Cette fatigue physique est excellente. Elle permet d’évacuer le stress de la semaine et de se sentir mieux.
  2. Le cheval oblige l'enfant à être vrai. Avec lui, pas question de se la jouer! Pas besoin de revêtir toute la panoplie dernier cri pour être reconnu. Le cheval le voit tel qu'il est.  Il l'accueille sans le juger sur son apparence. Finis les complexes ! Plus de nez trop grand, de taille trop petite ou de kilos en trop ! Le cheval ou le poney l'aide à mieux s'aimer. La seule chose qu’il demande, c’est le respect.  
  3. Il donne confiance. Pas évident de contrôler un animal de 400 ou 500 kilos. Avec de la technique, de la patience et une bonne compréhension de son cheval, le jeune cavalier va y arriver!  Le simple fait de maîtriser cet animal plus costaud et plus rapide que lui va renforcer son estime de soi. Il va acquérir une autonomie incroyable. 
  4. La modestie, il enseigne. Le bon résultat d’un jour peut être remis en question le lendemain ou avec une autre monture. Même les pros ont des difficultés ! Et puis, un cheval reste un animal imprévisible. On n’est jamais sûr de rien ! En résumé, le cavalier prend confiance en lui mais ne fait pas sa star.
  5. Il apprend à contrôler son corps. A cheval, le cavalier apprend à utiliser ses jambes, son assiette, son dos, ses mains, ses épaules. Le sacro saint principe de l’indépendance des aides (mains sans jambe, jambes sans mains) exige une sacrée maîtrise. En plus, il faut tenir son dos.. L'équitation développe la souplesse et travaille l' équilibre. 
  6. Il oblige au calme. Le cheval ressent tout. C’est une véritable « éponge à émotions ».  Si son cavalier est stressé, il risque de s’exciter. S'il est calme, il reste tranquille.  A cheval, on oublie tous ses problèmes.  On apprends à être zen.  Le cheval fait un vrai travail de professeur de yoga.
  7. Il développe le sens des responsabilités : Le jeune cavalier apprend à accepter et à subir les conséquences de ses actes parce que c’est un sport dangereux. Impossible de faire n’importe quoi ! Il faut respecter un certain nombre de règles : monter avec un casque, maintenir tes distances… Une fois la séance terminée, chacun s’occupe de son cheval.  Dépendant entièrement de l’homme, ce dernier est prioritaire ! 
    Les bienfaits du sport
  8. Il permet de surmonter ses peurs. La peur, tous les cavaliers la connaissent un jour ou l’autre. C’est normal d’avoir peur de se faire mal, peur de l’inconnu, peur d’abîmer le cheval, de mal faire, de décevoir… Chacun apprend à maîtriser sa peur. Pour la surmonter réellement, il faut y aller progressivement. Étape près étape. 
  9. Il enseigne la rigueur. L’équitation est un sport exigeant. Les progrès sont lents et peuvent être remis en question selon le cheval monté ou l’exercice à exécuter. C’est une école de rigueur et de persévérance. Impossible de brûler les étapes. Et l’on ne peut pas se contenter d’à peu près.  Il faut être précis, tenace et patient. De plus, l’équitation développe la concentration. Une seconde d’inattention et le cheval te vole le coin ! Un dixième de seconde et il rate l’obstacle !
  10. L'écoute. L’équitation se pratique dans le respect et nécessite une bonne communication avec son cheval. Chaque cavalier tente de construire avec son cheval une relation riche et complice. Fini le temps où l’on se contentait de dominer son cheval, par tous les moyens, la force comprise. L’équitation devient un échange et développe ainsi le sens de l’écoute et la capacité de persuader. 
  11. L’esprit d’équipe. Même si l’équitation est un sport solitaire, il se pratique le plus souvent collectivement. D’ailleurs, c’est un excellent moyen de se faire des amis. Le cheval est un bon intermédiaire lorsqu’on est timide ou que l’on a du mal à aller vers les autres.
  12. L’équitation est un sport. La compétition peut être pratiquée à tous les niveaux. Elle permet de se mesurer aux autres et sert de moteur pour progresser.  Elle permet de prendre confiance en soi, apprendre à gérer son stress et celui du cheval et à accepter l’échec.
  13. L'envie d'apprendre. L'équitation donne envie de tout savoir sur le cheval, sa vie, sa psychologie, les différentes techniques... Pour passer ses Galops, l'enfant va se mettre à lire et à retenir. C'est bien connu, plus on apprend et plus on a envie d'apprendre. 
  14. Il développe les qualités d’adaptation. Selon que l'on travaille en carrière, en manège ou en extérieur, les chevaux sont plus ou moins vifs.  Au début, le cavalier passe d’une discipline  à l’autre (dressage, CSO, voltige, western, horse ball…) avant de se spécialiser. Il faut s'adapter à l’humeur de son cheval. Lui aussi a une personnalité. Il a le droit d’être fatigué, peu enthousiaste ou au contraire gai et joueur. 
  15. Il rapproche de la nature, de l'animal, des saisons... et déconnecte complètement du reste. 
Bref, l'équitation est une vraie école de la vie!


mardi 13 septembre 2016

Carina Mac Laughlan choisit de ne plus monter ses chevaux

En baillant, le cheval exprime sa décontraction
Depuis plus de vingt ans, Carina Mac Laughlan sauve des étalons dits irrécupérables. Elle établit avec eux un lien indéfectible et les photographie dans toute leur intégrité. Un travail d'artiste unique et magnifique. A la tête du Refuge de Darwyn France, Carina voue sa vie à la protection animale avec générosité et sans concession. Même si elle a dressé des chevaux en haute école et vécu avec un cascadeur ()dont la vision différait complètement de la sienne, elle a remisé sa selle et ses mors.  Carina sait trop bien ce qui se cache derrière les présentations de chevaux en liberté, les cabrer, les piaffer soit-disant en toute légèreté.


"Parfois, J'ai le sentiment d'être un cheval au milieu des chevaux" dit Carina Mac Laughlan
"Je reproche aux cavaliers de mettre au public de la poudre aux yeux. Je sais comment cela se passe à la maison. A  quelques exceptions près, on nous vend de la complicité, de la légèreté alors que le poulain a été violemment sevré à six mois, manipulé quand il est vulnérable, dominé psychologiquement dans un rond de longe, débourré dans le stress, enfermé, isolé... "


Son  amour du cheval est plus fort que son amour de l'équitation. "Le lien que l'on peut créer en liberté est tellement puissant qu'il est impensable de le compromettre en voulant monter. L'échange est tel que je n'ai plus envie de mettre une selle et d'imposer un poids, une allure, une direction".



Pour jouer sans effrayer, le bruit cinglant du stick est remplacé par celui d'un sac en plastique.

"C'est quand on renonce à demander qu'ils donnent tout"

Carina va-t-elle trop loin? Peut-on monter les chevaux et les aimer? Les faire travailler dans le respect? Le débat est ouvert. N'hésitez pas à intervenir en commentaires sur mon blog.

Lien pour commander son livre et ses photos
Vous pouvez retrouver Carina Mac Lauglhan dans mon livre "En intelligence avec mon cheval" (Chapitre 1: Face à face)
Lien vers d'autres articles sur Carina dans mon blog.  Baritou, le cheval recalé des abattoirs
Confidences de chevaux révoltés

lundi 29 août 2016

Emily Ratajkowski à cheval pour défendre la cause des femmes

Elle est belle. Elle est célèbre. Tout le monde la regarde. Pourtant, c'est à cheval que la mannequin. Emily Ratajkowski a décidé de poser nue pour défendre la liberté des femmes de disposer de leur corps.
La mannequin Emily Ratajkowski monte sur ses grands chevaux pour défendre la femme
Quelle bonne idée! Le cheval embellit la femme, c'est bien connu. Il la sublime lui donnant un port de reine et un je ne sais quoi de surnaturel. A cheval, la femme exulte. Elle est elle-même et plus qu'elle-même. Elle devient vitesse, liberté, sauvagerie, douceur... Une vraie femme qui n'a nul besoin d'habits ou de bijoux. (Cela marche aussi avec l'homme!)
Et puis, qui mieux que le cheval peut incarner la liberté? L'imaginer  galoper sur une plage ou dans un champ vaut mieux que toutes les dissertations. Même s'il est domestiqué, c'est lui qui nous rend esclave, tant il a besoin d'attentions et mérite que l'on se donne pour lui. Pour un cheval, on se ruine, on passe tout notre temps libre, on prend des risque parfois, on relit Xenophon, on débat pendant des heures sur les différents onguents destinés à entretenir les sabots et l'on se refait des films de ses derniers parcours, de son piaffer magique ou d'une balade au bord de l'eau.
Emily Ratajkowski, vous avez raison de prendre le cheval comme piédestal. Les rois et les puissants l'ont toujours fait. Le cheval n'est pas un animal ordinaire. Jean-Louis Gouraud en fait même un "animal politique"  dans son livre publié aux éditions Favre. Pour lui, le cheval est bien une représentation du pouvoir, un symbole de puissance. Mieux, l'art de monter à cheval est une réplique de l'art de gouverner. dixit Jean-Louis Gouraud. Entre prendre le pouvoir et poser nu, il y a un monde je vous l'accorde. Quoique...


Lien pour lire l'article paru dans Marie-Claire 

Lien pour découvrir le livre de Jean-Louis Gouraud

jeudi 18 août 2016

JO: les français champions olympiques, une leçon de sang froid

Quel scénario! Les français se sont battus comme des lions pour décrocher la médaille d'or. C'était pourtant bien mal parti! Quelques jours avant le début des Jeux, Simon Delestre pilier de l'équipe de France et numéro 2 mondial déclare forfait. Son cheval Ryan est blessé. Puis, c'est Flora de Mariposa, la jument de Pénélope Leprevost qui fait une colique, sans gravité heureusement. Et le lendemain, sa cavalière chute. Le monde entier célèbre sa position, son équilibre et elle chute devant des millions de téléspectateurs. Roger Yves Bost, l'un des cavaliers les plus rapides du monde prend un point de temps dépassé. Philippe Guerdat, le sélectionneur de l'équipe de France finit par demander que l'on trouve le chat noir!
Mais rien n'est jamais joué, ni gagné dans ce sport. Les français ne se démotivent pas. Ils restent unis dans l'adversité, soudés et déterminés. Philippe Rozier, qui n'était que remplaçant au départ, signe encore un sans faute. Depuis le début des Jeux, Rahotep de Toscane, selle français de 11 ans (par Quidam de Revel) ne frôle pas une barre!  Il est en parfaite harmonie avec son cavalier. Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise HPC (qui n'ont fait qu'un seul parcours sans faute cette année en coupe des nations) se surpassent et signent un magnifique sans faute. Roger-Yves Bost et Sydney Une Prince, jument selle français âgée de 10 ans (par Baloubet du Rouet) terminent le travail. Pénélope Leprevost n'a même pas besoin de monter. Les français sont champions olympiques!
Enfin, les chevaux passent à la télé, font la une de l'Equipe, mobilisent les médias. Philippe Rozier a les larmes dans les yeux. La dernière médaille d'or par équipe a été remporté par son père Marcel, il y a 40 ans, à Montréal.
Les français n'ont pas flanché. Ils ont su gérer la pression, trouver la force de combattre malgré tous les aléas. Et ils gagnent devant les Etats-Unis et l'Allemagne.  Kevin Staut dédie cette médaille à tous ceux qui montent à cheval ou qui souhaitent le faire. "Je suis fier d'être français. Je suis fier d'être cavalier. Je suis fier d'être champion olympique". Et chacun de saluer la cohésion de l'équipe, la motivation des chevaux et le soutien des propriétaires. Un grand moment de sport.  Une belle leçon de vie.

mardi 16 août 2016

10 conseils pour mettre son cheval en avant

La sensation de piloter un "hors-bord"!


Avoir un cheval qui pulse à la moindre indication, réagit au souffle de la botte, un cheval actif qui maintient son allure sans que le cavalier ait besoin d'intervenir, cela change tout! Mais cela nécessite de la préparation, de la rigueur, de la créativité. Surtout, ne pas céder à la tentation de rythmer l'allure avec ses jambes, et encore moins ses éperons, au risque de désensibiliser le cheval.  Or, c'est ce que font la moitié, voire les trois quart des cavaliers.

Voilà 10 astuces pour faire de son cheval un véritable hors-bord, qui ne demande qu'à pousser et à amplifier ses allures.





  1. Pendant les dix premières minutes de l'échauffement, ne lui demandez rien. Laissez-le échauffer ses muscles à son rythme et rênes longues. Si vous lui demandez plus d'activité alors qu'il n'est pas prêt, que ferez-vous s'il ne répond pas? Pas question de sanctionner un cheval qui n'est pas encore échauffé. Pas bon non plus de ne pas sanctionner une non réponse. Donc, ne demandez rien pendant cette phase.
  2.  Cherchez à travailler votre cheval en équilibre dans une attitude naturelle, l'encolure dans le prolongement du corps. Avant de vouloir placer un cheval, il faut de l'impulsion et non le contraire.
  3. Travaillez les transitions descendantes et montantes entre les allures et dans la même allure, sur peu de foulées en changeant souvent de rythme. Rien de tel pour mettre le cheval à l'écoute. 
  4. Impulsez de l'énergie avec vos jambes mais aussi votre voix et votre bassin. Progressivement, allégez vos aides pour  ne plus que penser à votre ordre. 
  5. Changez de direction, demandez des zigzags, variez l'ordre des exercices, bref surprenez votre cheval.
  6. Emmenez-le faire de longs trottings à l'extérieur et servez-vous de son allant pour affiner vos aides. Laissez-le libre de prendre des initiatives. Par exemple, il peut passer à gauche, à droite ou dans la flaque d'eau,  choisir son chemin entre les pierres, se positionner de lui-même pour que vous puissiez ouvrir une barrière... En développant son intelligence, vous allez le rendre plus actif. 
  7. Impulsion ne veut pas dire vitesse. Le moteur du cheval, c'est son arrière-main. Le cheval est juste s'il pousse de l'arrière vers l'avant. Sentez votre cheval pousser  chaque foulée et tendre ses rênes. Pour cela, incurvez-le sur un grand cercle pour solliciter l'engagement de postérieurs.
  8. Accordez de fréquentes récréations, rênes longues. 
  9. A l'obstacle, préservez l'envie de votre cheval, sa fraicheur. Pas question de répéter des gros sauts à la maison, trop hauts, trop difficiles. Accompagnez-les bien avec vos mains sur l'obstacle pour qu'il puisse s'exprimer. Ne le reprenez pas trop brutalement après l'obstacle. Laissez-lui deux foulées pour retrouver son équilibre. Après le dernier obstacle, faites plutôt une volte qu'un arrêt brusque. 
  10. Le mouvement en avant, c'est la base!
  11. S'il ne répond pas, donnez une leçon de jambes.  Vous faites une pression de jambes en engageant votre bassin et en desserrant les doigts des rênes. En cas de non réponse ecommencez avec le gras du mollet, puis le talon.  Toujours pas de réponse? Coup de cravache sur le flanc, derrière votre botte. Accompagnez le mouvement en avant avec vos mains. N'oubliez pas: c'est une leçon, pas une punition!
    Si besoin, la leçon de jambes se donne en début de séance

Pour plus de détails, lisez "En intelligence avec mon cheval" (à commander chez votre libraire ou sur le net)

jeudi 11 août 2016

JO Astier Nicolas médaille d'or en concours complet: mon cheval ce super mec

Astier Nicolas et l'équipe de France, médaille d'or en concours complet
Médaille d'or par équipe aux J.O de Rio, médaille d'argent en individuel, Astier  Nicolas nous a offert un grand moment de sport. Et il n'a pas oublié de partager sa joie avec son cheval Piaf de B'Neville. "Mon cheval, c'est un super mec. Piaf est un cheval cool, on est de très bons amis et il est très loyal. Je suis très loyal en retour. C'est un gars qui ne laisse jamais tomber, il est très présent, c'est vraiment un super mec", a confié la nouvelle coqueluche de l'équipe de France olympique sur l'antenne d'Europe 1. 

Sacré personnage que cet Astier Nicolas qui a même rassuré le directeur technique National en entrant en piste. "Ne t'inquiète pas, je vais le faire" a-t-il lancé alors que l'une médaille ne tenait qu'à une barre! 

A 27 ans, Astier Nicolas a l'étoffe des grands champions. Un mental solide, un esprit d'équipe, une capacité de travail immense et ... un entêtement hors norme lui ont permis de participer pendant six années consécutives aux championnats d'Europe pour l'équipe de France à poney, puis de remporter les championnats du monde des moins de 25 ans en 2012 avec Ben. Quand son cheval  part en retraite, il lance un appel aux dons sur Major Company.  Il enchaîne alors des performances régulières sur l'ensemble des compétitions avec Piaf, selle français de 11 ans par Cap de B'Neville. Et le voilà qui offre à la France sa première médaille d'or aux J.O de Rio. 

Saluons ses co-équipiers dont les chevaux ont tous pu repartir après le cross, signe qu'ils ont été bien préparés pour cet enchaînement d'efforts si exigeant.
Karim Laghouag et Entebbe de Huss, 11 ans,  hanovrien par Embassy.
Mathieu Lemoine et Bart L, 10 ans, KWPN par United
Thibaut Valett et Qing du Briot ENE-HN, 12 ans, selle français par Eolien II
et... l'entraîneur Thierry Touzaint 




Merci à Equidia de nous avoir permis de voir et de revoir les parcours des français.

Lien pour voir le parcours de CSO d"Astier
Écoutez son interview sur Europe 1

dimanche 31 juillet 2016

Crin Blanc, le meilleur guide pour découvrir la Camargue

Sorti en 1953, "Crin-Blanc"a fasciné des générations de cavaliers. Sauvage et libre, le petit étalon blanc a bercé nos rêves d'enfant. Immortel, il incarne la liberté, la nature sauvage. Il est le compagnon idéal et préfigure le "cheval-ami".  "Crin-Blanc est libre. Il ne transporte Folco que parce qu'il le veut bien, écrit Sylvie Brunel, géographe,  cavalière passionnée qui consacre un livre à "Crin-Blanc" (co-signé par Florian Colomb de Daunant et édité par Actes Sud). Quand les gardians veulent leur imposer leur loi, tous deux préfèrent se volatiliser dans les flots plutôt que de renoncer à leurs rêves" poursuit Sylvie Brunel qui reconnaît que le film a fait naître en elle "cet amour des chevaux qui change à jamais une vie".

 Si vous avez la chance de passer vos vacances en Camargue,  regardez quelques images du film et prenez ce livre pour guide. lllustré de superbes photos en noir et blanc, joliment mis en page, il nous plonge dans la culture d'un peuple équestre qui savoure son privilège de vivre avec les chevaux. "Ici, l'amour des chevaux et des taureaux est décliné de façon impérieuse et passionnée, écrit Sylvie Brunel. La codification très précise de la chevalerie gardiane exige un matériel équestre spécifique, lourde selle au siège très enveloppant, héritière de la selle d'armes française, étriers cages presque identiques à ceux des écuyers de la cour du Roi-soleil, et puis ce trident que la Nation gardienne n'autorise pas les femmes à porter".


Crin-Blanc a bercé plusieurs générations d'enfant
Le cheval de Camargue a conquis ses lettres de noblesse. Rustique, docile et maniable, il est le parfait compagnon des cavaliers de loisir."Volontaire, il se dévoue jusqu'au bout de ses forces à celui qui sait le respecter" dit Sylvie Brunel.

Amoureuse de la Camargue, hôte envoûtée du mas de Cacharel (là où a été tourné le film) , Sylvie Brunel s'inquiète de l'avenir de cette région d'étangs et de tamaris roses.  Patiemment repoussés par les hommes pendant des décennies, le sel et la mer gagnent du terrain. Le changement climatique provoque une élévation de la Méditerranée. De plus, de nombreux éleveurs, saliniers et agriculteurs doivent renoncer à leurs territoires.

Un film sorti en 1953
 "Que vont devenir les chevaux si les terres ne sont plus déssalinisées par les riziculteurs? " s'interroge Sylvie Brunel. Deviendront-ils, à l'instar des gitans, des vestiges indispensables au folklore mais indésirables?

Lien vers la présentation du livre par l'éditeur Actes Sud

Lien pour voir quelques images de "Crin-Blanc"

PS: le mas Cacharel où a été tourné le film est devenu un hôtel plein de charme, situé dans une réserve naturelle aux Saintes-Marie-de-la-Mer

jeudi 14 juillet 2016

La femme Chaussette et ses chevaux à Audenge

La femme Chaussette aime les chevaux en liberté, les belles histoires et les tresses
Elle s'appelle Mathilde mais tout le monde la connait sous le nom de la Femme Chaussette. "Je cherchais un nom qui pète et qui évoque les vieux cirques" raconte-elle. A Audenge (33), elle a ouvert la saison des festivités avec ses trois artistes, Vizir le Mérens, Djazz le shetland et Vago le lusitanien. "Ils vivent en troupeau dans un pré à Biganos, explique-t-elle. C'est très important pour moi qu'ils aient une vraie vie de cheval, libres et dehors".  La jeune femme raconte des histoires et propose des numéros montés ou en liberté mais toujours sans selle ni mors. "Je recherche l'adhésion du cheval. Je ne le force jamais. Je propose et j'augmente progressivement mes demandes en restant éthiquement juste. Je m'adapte à chacun".
Vizir, un merens tranquille mais volontaire

Avec Vizir, le merens, Mathilde a besoin de mettre beaucoup d'énergie. "C'est un flemmard très gentil. Il fait tout mais à deux à l'heure, à son rythme! Je dois sans cesse le réveiller". Djazz, le shetland palonimo n'a que trois ans et demi mais beaucoup de caractère. Entier, il aime jouer et doit sans cesse être remis gentiment à sa place. Quant à Vago, il est très sensible et doit être rassuré. "Vizir réfléchit puis, fait... peut-être! Vago fait et après, il réfléchit".
Si elle a commencé à monter à l'âge de six ans et a obtenu son Galop 7, Mathilde se considère comme une autodidacte qui trouve son inspiration sur Facebook. Elle travaille tout en douceur et avec une infinie patience. "Je regarde comment font mes copines. Je visionne quantité de vidéos, je varie les exercices et je ne travaille pas longtemps mais tous les jours."
Répétition avec Vago

Le lusitanien est ultra-connecté

Les débuts du Salut de la reine

Jazz démarre son apprentissage


Le shetland est déjà savant!

Vizir sait tout faire

Mathilde ne monte qu'à cru et en licol (ou side pull)



A la conquête du public du Bassin d'Arcachon

Facétieux, Djazz "cueille" les fleurs en papier pour le plus grand plaisir du public

Un spectacle dans le respect du cheval


Lien vers la page Facebook de la femme Chaussette

vendredi 1 juillet 2016

La récupération du cheval de sport après l'effort

 Le lundi, trop souvent, des chevaux restent "au placard" après un week-end de concours. Sous prétexte de se reposer, ils passent la journée dans leur box. Une aberration pour cet animal génétiquement programmé pour la marche.

Marcher, se rouler, bouger, c'est la meilleure récupération après un effort.
Il ne viendrait l’idée à personne d’enfermer un athlète humain dans une petite cellule vingt trois heures sur vingt quatre et de lui demander de gagner des compétitions sportives. Sans vouloir faire de l’anthropomorphisme, il faut bien reconnaître que personne n’est choqué de voir un athlète cheval confiné  avec des bandes de repos pour éviter l’engorgement des membres !


 N’importe quel sportif a entendu parler de la récupération active. Elle consiste à bouger pour éliminer l’acide lactique accumulée par les muscles lors d’un effort.  Pour un cheval, l’idéal est de marcher. Et pas seulement pour récupérer. Les micro traumatismes de l’activité physique renforcent le squelette. À chaque fois que le cheval pose le pied en se déplaçant, une onde parcourt son corps, favorise la fixation du calcium sur ses os et  renforce le cartilage des articulations. De plus, l’activité entretient les muscles, le cœur et les capacités respiratoires. 
 
Juste après l'effort, le mieux c'est de trotter rênes longues pour faciliter l'évacuation des toxines accumulées dans les muscles. Puis, retour au pas et douche si le temps le permet. Le lendemain,  sortie. On peut faire une balade, le lâcher au paddock, l'emmener brouter...


Thallium, troisième dans la 135 ce week-end apprécie son massage

L'effet d'un palper-rouler
Un bon massage l'aidera également à récupérer sur le plan musculaire, cardiaque et respiratoire. Aurélie Brocard (horse perf) en a même fait sa spécialité. Elle vient dans les écuries de concours pour prodiguer ses soins aux athlètes chevaux. Mise au point par le docteur Philippe Benoit, son appareil permet un massage méthodique, élimine les tensions et procure une grande détente.

On peut aussi masser son cheval soi -même avec ses petites mains. Voir mon post sur le shiatsu. 

Et surtout,  le cheval est un animal par nature nomade. Il a besoin de mouvement! Après un concours, la meilleure récupération, c'est le mouvement!

Les suisses qui sont très en avance en matière de protection animale exigent une sortie journalière de deux heures! L’article 61 est très précis :  « On entend par sortie le fait pour l’animal de se mouvoir librement en plein air en décidant lui-même de son allure, de sa direction et de sa vitesse de déplacement sans être entravé dans ses mouvements par des attaches, brides, laisses et autres liens semblables ».