Translate

samedi 20 juillet 2019

Bien faire voyager son cheval : mes astuces

Inutile d'attacher nos chevaux dans le van
En sécurité, installés confortablement et sans stress, voilà l'objectif recherché lorsqu'on voyage avec des chevaux. Au fil des voyages, nous avons travaillé la question. Inutile de mettre des protections à des chevaux qui voyagent régulièrement. En cas d'accident, elles ne servent pas à grand chose. Elles ont tendance à déranger le cheval et le rendre gauche pour monter ou descende du van. En plus, elles tiennent chaud. Des bandes de repos peuvent toutefois être intéressantes pour de longs voyages.

Un solide filet de trapéziste sépare les deux juments


Pour séparer nos deux juments, nous avons enlevé la grille qui servait de cloison et qui nous faisait peur. Nous l'avons remplacé par un filet. Chaque cheval a sa tranquillité mais ne risque pas de se cogner un oeil. Nous n'attachons jamais les chevaux. Nous leur laissons seulement un licol. Ce qui évite qu'ils restent accrochés ou s'étranglent en cas d'accident. Nous n'oublions pas le foin et nous emportons un bidon d'eau au cas où. Ensuite? Il suffit de partit tôt le matin, rouler doucement, anticiper les actions et bien ralentir dans les ronds points pour ne pas les secouer. Les chevaux arrivent à bon port frais et reposés, prêts pour le concours.
Notre chienne peut patienter quelques minutes dans la voiture sans souffrir de la chaleur
Notre chienne Siska a également eu le droit à un aménagement du coffre avec un filet. Cela lui permet de rester dans la voiture pendant le concours ou quand elle en a assez de nous suivre sans souffrir de la chaleur.

lundi 15 juillet 2019

Rafraichir et hydrater mon cheval

Un ventilateur pour se rafraîchir
Faire la sieste sous le ventilateur, c'est bon!  Ce cheval photographié lors du dernier concours à Ascain semble y prendre goût. Ses yeux se ferment, sa lèvre inférieure se relâche, ses oreilles se détendent...
Pas toujours facile de préserver les chevaux de la chaleur. L'idéal serait de les lâcher au pré la nuit quand les insectes leur laissent du répit et les rentrer le jour dans de larges boxes aérés.
En cas de canicule, vous pouvez les doucher plusieurs fois par jour pour les rafraîchir.
Montez-les plutôt à la fraîche, le matin de bonne heure. Optez pour un travail léger et se réfugier à l'ombre dans la forêt. Veillez à ce qu'ils disposent d'une eau de bonne qualité (pas un fond stagnant).
Un cheval de 500 kilos boit entre 15 et 60 litres par jour. Ses besoins augmentent notamment en fonction des conditions météo. N'oubliez pas la pierre à sel. Quand il transpire, le cheval élimine du sel. Il a donc besoin de compenser.
Le test du pli cutané

Pour savoir si votre cheval est déshydraté, faites le test du pli cutané. Soulevez et pincez sa peau au niveau de l'encolure. Relâchez. Si le pli persiste, c'est un signe de déshydratation. Mettez votre cheval à l'ombre, arrosez-le et proposez-lui à boire.

mardi 9 juillet 2019

Guillaume Henry veut faire vivre l'équitation française de légèreté

Guillaume Henry, ambassadeur de l'équitation française
Il est à la tête de la nouvelle Mission française pour la culture équestre. Auteur, éditeur et grand défenseur de l’équitation française de tradition, Guillaume Henry entend promouvoir notre belle équitation en France comme à l’étranger. Interview


Qui est à l’origine de cette Mission ?
Depuis novembre 2011, l’équitation française est inscrite par l’Unesco en tant que patrimoine culturel immatériel. Elle représente la France au même titre que le Repas Gastronomique des français !  Il est indispensable que ses différents acteurs s’unissent pour la soutenir. C’est pour cela que la Fédération Française d’Équitation (FFE) et l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation (IFCE) se sont rapprochés et ont créé la Mission française pour la culture équestre.

Que va faire la Mission concrètement ?
Elle va suivre le dossier auprès de l’Unesco pour conserver l’inscription et promouvoir notre culture tant en France qu’à l’étranger. Nous avons un art de vivre, une philosophie, une culture, un patrimoine spécifiques qu’il est important de connaitre et de valoriser.
Une équitation dont se réclame le Cadre Noir de Saumur


Quelle est cette spécificité française ?
Quand on parle d’équitation française, on se réfère à un mouvement qui débute à la Renaissance, lorsque l’on cherche à développer la mobilité du cheval sur les champs de bataille. Les italiens initient les premiers principes, que Salomon de La Broue et Antoine de Pluvinel puis des milliers d’écuyers après eux (jusqu’à nos jours) mettront au goût français. D’une manière générale, les français vont chercher à retrouver le naturel du cheval sous la selle. Leur équitation se base énormément sur le feeling, les français ont besoin de ressentir les choses. Ils laissent une part à la poésie, l’instinct, au brillant.

Que reste-t-il de notre culture équestre ?
Une éthique particulièrement moderne qui prône le respect et une relation harmonieuse avec le cheval. L’épaule en dedans par exemple est une construction française. La Guérinière y voyait un moyen d’assouplir le cheval, de donner de la hauteur à son avant-main et de lui faire engager les postérieurs sans le forcer. C’est aussi un français, le général L’Hotte qui a défini l’impulsion comme le désir de se porter en avant. Cette notion de « désir » est typiquement française, de même que le ramener qui est une décontraction de la mâchoire. 
L'équitation française incarnée par Sophie Bienaimé au Musée Vivant du Cheval de Chantilly

Quelles vont être vos premières actions ?
Les chantiers ne manquent pas : rédiger une plaquette pour faire connaître nos principes fondateurs aux cavaliers ; monter un réseau des enseignants de l‘équitation française à l’étranger ; faire connaître les hauts lieux de l’art équestre français ; promouvoir le savoir-faire français (sellier, meneurs…) Et puis, expliquer cette recherche de légèreté typiquement française, à la fois chemin et but et véritable éthique de la relation homme/cheval. A l’heure où l’utilisation du cheval est de plus en plus remise en question, cette légèreté « à la française » pourrait bien sauver l’équitation et les chevaux dans la foulée !
-- 

lundi 8 juillet 2019

Astuce aménagement box : le seau d'eau

Un système d'abreuvoir bien pratique en concours
Et voilà! Les seaux sont en place. L'eau restera propre et à disposition de ma petite Diana. J'ai enfin trouvé le bon système pour abreuver les chevaux en concours dans les box démontables. !
La grande poubelle posée par terre, les seaux attachés avec une chaîne... j'ai essayé différentes solutions. Dans la grande poubelle, le cheval peut crotter, voire la renverser d'un coup d'antérieur. Quant à attacher les seaux avec des chaînes, c'est pas mal mais il faut une certaine habileté. Là, c'est simple!
Avec une attache de rideau de box 






 Il suffit de se procurer des seaux pas complètement ronds, avec un côté droit qui ira contre le mur. Il ne reste plus qu'à les attacher avec ce système vendu pour les rideaux de box. Le tour est joué. Et maintenant, en piste!

A nous la belle piste d'Ascain

jeudi 4 juillet 2019

Parage d'été pour Mistria, ma jument retraitée

Parage indispensable pour les chevaux au pré
A la retraite depuis plus d'un an, Mistria a eu le droit à un petit parage. Ces dernières semaines, grâce à la bonne herbe, ses pieds ont poussé et, avec le temps sec, ils risquent d'éclater. "Et pas forcément au bon endroit! a expliqué Wolfgang Albert qui vient d'intervenir en urgence pour un cheval dont le sabot s'est fendu jusqu'à la chair.  Mieux vaut agir préventivement!"
Pas question de séparer Mistria de ses compagnons de pré. Pour éviter un stress bien inutile, Wolfgang a accepté de venir "à domicile". Le troupeau est resté derrière la barrière à attendre la Mistria qui s'est offert un petit galop pour fêter ses nouveaux pieds et les rejoindre.
Le groupe est resté à proximité pour l'attendre 

vendredi 28 juin 2019

Sébastien Capelli fait entrer les chevaux dans Bordeaux!

Des chevaux au pied de l'imposante basilique gothique
Regards étoilés, sourires émerveillés, joie de la foule cosmopolite, les chevaux ont rempli leur mission : ils ont apporté du plaisir et des rêves sur la place Saint Michel de Bordeaux.

Pendant deux jours, ils ont dansé, piaffé, pirouetté au son de la guitare et du violon dans ce vieux quartier populaire où tout le monde se connaît.

Le bonheur de revoir un cheval au coeur de la ville

Le voltigeur Laurent Douziech
Organisateur de l'évènement "Des saltimbanques à Saint Michel", Sébastien Capelli rayonne. Il l'a fait! Il a réussi à réintroduire les chevaux dans la ville. Pensez, on ne les avait pas vu sur cette place depuis 1924! Mieux, il a permis à tous de les approcher, de les applaudir sans avoir rien à débourser grâce aux associations "La ronde des quartiers", "le village saint Michel" et à la mairie.
Mais qui est ce Sébastien Capelli ?  On le connaissait gérant du centre équestre de la Brède, cavalier professionnel de saut d'obstacles, marchand de chevaux. Il avait tout. Mais à 33 ans, il a décidé de tout laisser pour devenir... saltimbanque!
Pour connaître le parcours incroyable de ce cavalier, lisez le prochain Cheval Pratique qui paraîtra en août. Je l'ai rencontré avec sa compagne Clémence Guillot, violoniste alto à l'Opéra de Bordeaux dans leurs écuries. Chapeau bas les artistes!


Les saltimbanques au son du violon de Clémence Guillot

L'idée folle de faire partager sa passion pour le cheval 

Clémence Guillot  joue du violon à cru et sans filet

Sébastien Capelli veut marier le cheval, l'art et la culture populaire
Mini loge pour faire patienter l'artiste entre deux scènes
Lien pour découvrir la page Facebook "Des saltimbanques à Saint Michel"

mardi 25 juin 2019

Festival des arts équestres libres : Soyez joyeux à cheval!

Galienne Tonka met en scène la joie au Théâtre du Cheval Bavard
Avec les chevaux (comme avec les gens), la joie ouvre les portes!  Elle rend les soins amusants et le travail attractif. Elle désamorce les problèmes, aide le cheval comprendre, le met en confiance. Elle décontracte le cavalier, abolit les tensions, fait tomber les barrières. Et donne des résultats surprenants. En plus, elle est particulièrement contagieuse. Et elle n'est jamais trop ni de trop! Bref, souriez quand vous montez à cheval. Vous verrez, cela change tout!
Un festival qui rayonne à Bioussac en Charentes les 24 et 25 aout

C'est le thème de mon dernier article dans Cheval Pratique de Juillet (352). J'ai interviewé Galienne Tonka, créatrice du Théâtre du Cheval Bavard qui organise son prochain festival d'Arts Equestres Libres sous le titre "La joie dans tous ses états". Ce festival haut en couleurs et propice aux rencontres se tiendra du 24 au 25 aout à Boissac en Charentes.
La joie, une voie, LA voie vers la légèreté.

Infos sur la page Facebook Festival d'Arts Equestres Libres ou au 06 22 64 22 48
Des ateliers, présentations, animations, échanges...

A lire dans Cheval Pratique de juillet

Et maintenant, souriez, vous montez à cheval!

dimanche 23 juin 2019

Juments en chaleur, soyez compréhensifs!

Queues levées, vulves gonflées, jets d'urine... les juments sont en chaleur

Elles se campent, urinent souvent, lèvent la queue. Leur vulve est gonflée. Bref, elles sont en chaleur. Diana et Papete indiquent au mâle qu'elles sont prêtes à être fécondées. Mais le mâle est un hongre (cheval castré). Très vite, elles s'en désintéressent!
Elles cherchent le contact!

Chez la jument, la durée du cycle est de 21 jours environ. Les chaleurs durent de 2 à 15 jours, en moyenne entre 4 et 7 jours. Cette activité ovarienne cyclique est saisonnière. Elle dépend de la lumière et donc de la longueur des jours. Elle s'étend d'avril à octobre. On dit que les juments peuvent être plus susceptibles pendant leurs chaleurs. Personnellement, je les trouve plus calmes, encore plus câlines. Il arrive parfois que l'une d'elles s'arrête au beau milieu de l'écurie et refuse d'avancer. Il suffit d'être compréhensif et une minute plus tard, elle repart. Inutile de s'énerver! Montées, elles ne se montrent pas tracassées. Elles ne collent pas non plus à la jambe, comme on me l'a souvent rapporté. Vous l'aurez deviné, elles sont parfaites!

mardi 18 juin 2019

Séminaire Horseman Science : les 10 citations d'Andy Booth

A 22 ans, Stormy la zorse coule des jours heureux à Chamadelle en Gironde
Joie de retrouver Andy Booth et sa fantastique zorse Stormy à l'occasion du séminaire qu'il a donné les 15 et 16 juin dernier dans son domaine de Pinsac en Gironde. Promis, je vous raconterai tout dans le prochain Cheval Pratique. En attendant, j'ai noté quelques citations bien parlantes.


  • "Pour avoir son esprit, il faut avoir le contrôle de ses pieds"
  • "Le mieux je fais avec mon corps, le moins je fais avec mes mains".
  • "La perfection des fondations, j'ai passé toute ma vie là-dessus"
  • "Quand on enlève le licol, la seule chose qui reste, c'est la vérité".
  • "Il faut que le cheval gagne en trouvant la bonne réponse".
  • "Le cheval idéal est très sensible et n'a peur de rien".
  • "La dernière chose à faire dans un rond de longe, c'est de longer en rond".
  • "C'est toujours mieux de bien éduquer que de rééduquer".
  • La majorité des problèmes sont des comportements appris"
  • "Faites en sorte que vos objectifs deviennent ses objectifs"
Andy Booth veut faire gagner le cheval!

Maxime Baticle, l'un de ses anciens élèves, saute un plot en licol

Toujours se demander comment aider le cheval
Avec Catherine et Andy Booth (que j'interviewe régulièrement depuis son arrivée en France!) 
Lien vers le site d'Andy Booth

mardi 11 juin 2019

Le CSO, c'est facile! La preuve par le concours de Lherm

Faire du concours, c'est facile! Il suffit d'avoir un super cheval et de le comprendre. Merci Diana!
En piste avec Diana du Grasset, six ans


 Un coach patient, observateur, convaincant, sympa et excellent cavalier. Merci Mathieu Noirot.
Mathieu Noirot, coach, cavalier pro  et oeil de lynx
Des supporters capables d'attendre pendant des heures par tous les temps, faire des crêpes, préparer l'apéro, encourager, consoler, rigoler... Merci la team Flouquette!
Patience recommandée pour accompagner son cavalier ou sa cavalière en concours

Quoique!
Avoir un chauffeur de van, un coach mental, un groom hors pair... merci Pierre Sagnet! Ensuite?


Au concours de Lherm, on vole ma Diana!
C'est élémentaire! Il suffit de passer l'"épreuve" du paddock avec tous ces chevaux partout. Penser à ne pas gêner son cheval. Se concentrer. Garder le contact sans tirer. Avoir une bonne cadence sans pousser. Mettre de l'énergie dans les tournants sans flancher. Soigner sa position sans déranger son cheval. Attendre l'obstacle sans bousculer. Prendre des décisions sans se tromper... Bref, rester simple! Facile, non?
Dernier obstacle!
Après? On peut rêver de médailles mais surtout de belles pistes, d'harmonie avec son cheval, de plaisir partagé, d'adrénaline...
Manon Dumas et Agathe Louit, cavalières de la Flouquette sur le podium de la 125
Et maintenant, voilà la vidéo de Diana sur sa Prépa, les ladies en piste!









mercredi 5 juin 2019

Poulains : la famille du Grasset s'agrandit!

Et de trois! Il n'a que trois jours, il tient à peine debout mais déjà, il galope! Avec ses très longues jambes, il est vif et athlétique. Son éleveur Bernard Noirot pense l'appeler "Jeudejambes", un nom qui s'impose! Il est le fils de Vérone du Grasset dont vous pouvez voir une vidéo et du crack Emerald.
Trois jours et déjà un regard vif

Il titube un peu mais se dresse bien droit


Et suit sa mère Verone


Voilà le très chic Julius. Agé d'une semaine, il est le fils de Réglisse (la mère de Vista, la jument de tête de Mathieu Noirot) et de Connor, magnifique reproducteur holsteiner dont Bernard Noirot a déjà deux fils.
Déjà, il adore les gratouilles!

Quant à Jouvenceau récemment présenté sur ce blog, il a maintenant un mois et ne pense qu'à découvrir le monde. "Il s'intéresse  à tout et spécialement à ce qui n'est pas pour lui comme cet abreuvoir. C'est un petit effronté!" s'amuse Bernard Noirot qui l'habitue déjà à porter un licol.
Le trio commence à s'en donner à coeur joie A suivre!

A un mois, il veut tout faire comme les grands




mardi 28 mai 2019

Au bonheur des chevaux au printemps

De l'eau, de l'herbe, de l'espace, c'est le bonheur!
Elle est bien verte, tendre, onctueuse. Juteuse, elle glisse sous la langue. Variée, fine, aromatique, elle offre mille goûts. Elle soigne et apaise. On a envie d'en croquer. Les chevaux en raffolent surtout en cette saison où les pluies lui redonnent de la vigueur. Les insectes ne harcèlent pas encore nos compagnons, les nuits sont fraîches, l'herbe abondante. Epoque bénie pour Mistria, ma jument à la retraite et ses compagnons. Quel bonheur de les voir aussi tranquilles, occupés à rechercher les meilleures tiges, les plus savoureuses variétés. 12 à 14 heures par jour, ils dégustent. Heureux retraités!

Rien de tel qu'un bon bain d'herbe mouillée!
Une vraie cure de jouvence pour Quincy!

Un petit coup d'oeil avant de replonger la tête dans l'herbe

Mistria s'en donne à coeur joie