Translate

mardi 25 juin 2019

Festival des arts équestres libres : Soyez joyeux à cheval!

Galienne Tonka met en scène la joie au Théâtre du Cheval Bavard
Avec les chevaux (comme avec les gens), la joie ouvre les portes!  Elle rend les soins amusants et le travail attractif. Elle désamorce les problèmes, aide le cheval comprendre, le met en confiance. Elle décontracte le cavalier, abolit les tensions, fait tomber les barrières. Et donne des résultats surprenants. En plus, elle est particulièrement contagieuse. Et elle n'est jamais trop ni de trop! Bref, souriez quand vous montez à cheval. Vous verrez, cela change tout!
Un festival qui rayonne à Bioussac en Charentes les 24 et 25 aout

C'est le thème de mon dernier article dans Cheval Pratique de Juillet (352). J'ai interviewé Galienne Tonka, créatrice du Théâtre du Cheval Bavard qui organise son prochain festival d'Arts Equestres Libres sous le titre "La joie dans tous ses états". Ce festival haut en couleurs et propice aux rencontres se tiendra du 24 au 25 aout à Boissac en Charentes.
La joie, une voie, LA voie vers la légèreté.

Infos sur la page Facebook Festival d'Arts Equestres Libres ou au 06 22 64 22 48
Des ateliers, présentations, animations, échanges...

A lire dans Cheval Pratique de juillet

Et maintenant, souriez, vous montez à cheval!

dimanche 23 juin 2019

Juments en chaleur, soyez compréhensifs!

Queues levées, vulves gonflées, jets d'urine... les juments sont en chaleur

Elles se campent, urinent souvent, lèvent la queue. Leur vulve est gonflée. Bref, elles sont en chaleur. Diana et Papete indiquent au mâle qu'elles sont prêtes à être fécondées. Mais le mâle est un hongre (cheval castré). Très vite, elles s'en désintéressent!
Elles cherchent le contact!

Chez la jument, la durée du cycle est de 21 jours environ. Les chaleurs durent de 2 à 15 jours, en moyenne entre 4 et 7 jours. Cette activité ovarienne cyclique est saisonnière. Elle dépend de la lumière et donc de la longueur des jours. Elle s'étend d'avril à octobre. On dit que les juments peuvent être plus susceptibles pendant leurs chaleurs. Personnellement, je les trouve plus calmes, encore plus câlines. Il arrive parfois que l'une d'elles s'arrête au beau milieu de l'écurie et refuse d'avancer. Il suffit d'être compréhensif et une minute plus tard, elle repart. Inutile de s'énerver! Montées, elles ne se montrent pas tracassées. Elles ne collent pas non plus à la jambe, comme on me l'a souvent rapporté. Vous l'aurez deviné, elles sont parfaites!

mardi 18 juin 2019

Séminaire Horseman Science : les 10 citations d'Andy Booth

A 22 ans, Stormy la zorse coule des jours heureux à Chamadelle en Gironde
Joie de retrouver Andy Booth et sa fantastique zorse Stormy à l'occasion du séminaire qu'il a donné les 15 et 16 juin dernier dans son domaine de Pinsac en Gironde. Promis, je vous raconterai tout dans le prochain Cheval Pratique. En attendant, j'ai noté quelques citations bien parlantes.


  • "Pour avoir son esprit, il faut avoir le contrôle de ses pieds"
  • "Le mieux je fais avec mon corps, le moins je fais avec mes mains".
  • "La perfection des fondations, j'ai passé toute ma vie là-dessus"
  • "Quand on enlève le licol, la seule chose qui reste, c'est la vérité".
  • "Il faut que le cheval gagne en trouvant la bonne réponse".
  • "Le cheval idéal est très sensible et n'a peur de rien".
  • "La dernière chose à faire dans un rond de longe, c'est de longer en rond".
  • "C'est toujours mieux de bien éduquer que de rééduquer".
  • La majorité des problèmes sont des comportements appris"
  • "Faites en sorte que vos objectifs deviennent ses objectifs"
Andy Booth veut faire gagner le cheval!

Maxime Baticle, l'un de ses anciens élèves, saute un plot en licol

Toujours se demander comment aider le cheval
Avec Catherine et Andy Booth (que j'interviewe régulièrement depuis son arrivée en France!) 
Lien vers le site d'Andy Booth

mardi 11 juin 2019

Le CSO, c'est facile! La preuve par le concours de Lherm

Faire du concours, c'est facile! Il suffit d'avoir un super cheval et de le comprendre. Merci Diana!
En piste avec Diana du Grasset, six ans


 Un coach patient, observateur, convaincant, sympa et excellent cavalier. Merci Mathieu Noirot.
Mathieu Noirot, coach, cavalier pro  et oeil de lynx
Des supporters capables d'attendre pendant des heures par tous les temps, faire des crêpes, préparer l'apéro, encourager, consoler, rigoler... Merci la team Flouquette!
Patience recommandée pour accompagner son cavalier ou sa cavalière en concours

Quoique!
Avoir un chauffeur de van, un coach mental, un groom hors pair... merci Pierre Sagnet! Ensuite?


Au concours de Lherm, on vole ma Diana!
C'est élémentaire! Il suffit de passer l'"épreuve" du paddock avec tous ces chevaux partout. Penser à ne pas gêner son cheval. Se concentrer. Garder le contact sans tirer. Avoir une bonne cadence sans pousser. Mettre de l'énergie dans les tournants sans flancher. Soigner sa position sans déranger son cheval. Attendre l'obstacle sans bousculer. Prendre des décisions sans se tromper... Bref, rester simple! Facile, non?
Dernier obstacle!
Après? On peut rêver de médailles mais surtout de belles pistes, d'harmonie avec son cheval, de plaisir partagé, d'adrénaline...
Manon Dumas et Agathe Louit, cavalières de la Flouquette sur le podium de la 125
Et maintenant, voilà la vidéo de Diana sur sa Prépa, les ladies en piste!









mercredi 5 juin 2019

Poulains : la famille du Grasset s'agrandit!

Et de trois! Il n'a que trois jours, il tient à peine debout mais déjà, il galope! Avec ses très longues jambes, il est vif et athlétique. Son éleveur Bernard Noirot pense l'appeler "Jeudejambes", un nom qui s'impose! Il est le fils de Vérone du Grasset dont vous pouvez voir une vidéo et du crack Emerald.
Trois jours et déjà un regard vif

Il titube un peu mais se dresse bien droit


Et suit sa mère Verone


Voilà le très chic Julius. Agé d'une semaine, il est le fils de Réglisse (la mère de Vista, la jument de tête de Mathieu Noirot) et de Connor, magnifique reproducteur holsteiner dont Bernard Noirot a déjà deux fils.
Déjà, il adore les gratouilles!

Quant à Jouvenceau récemment présenté sur ce blog, il a maintenant un mois et ne pense qu'à découvrir le monde. "Il s'intéresse  à tout et spécialement à ce qui n'est pas pour lui comme cet abreuvoir. C'est un petit effronté!" s'amuse Bernard Noirot qui l'habitue déjà à porter un licol.
Le trio commence à s'en donner à coeur joie A suivre!

A un mois, il veut tout faire comme les grands




mardi 28 mai 2019

Au bonheur des chevaux au printemps

De l'eau, de l'herbe, de l'espace, c'est le bonheur!
Elle est bien verte, tendre, onctueuse. Juteuse, elle glisse sous la langue. Variée, fine, aromatique, elle offre mille goûts. Elle soigne et apaise. On a envie d'en croquer. Les chevaux en raffolent surtout en cette saison où les pluies lui redonnent de la vigueur. Les insectes ne harcèlent pas encore nos compagnons, les nuits sont fraîches, l'herbe abondante. Epoque bénie pour Mistria, ma jument à la retraite et ses compagnons. Quel bonheur de les voir aussi tranquilles, occupés à rechercher les meilleures tiges, les plus savoureuses variétés. 12 à 14 heures par jour, ils dégustent. Heureux retraités!

Rien de tel qu'un bon bain d'herbe mouillée!
Une vraie cure de jouvence pour Quincy!

Un petit coup d'oeil avant de replonger la tête dans l'herbe

Mistria s'en donne à coeur joie

lundi 27 mai 2019

L'équitation de travail en concours à Lège Cap Ferret

Utilisation pacifique de la Garrocha
Un taureau à Lège Cap Ferret, oui! Mais factice. Ce week-end, se disputait un concours d'équitation de travail au centre équestre de Frédéric Morand plus connu pour ses concours de sauts d'obstacles.

 L'équitation de travail a été codifiée en discipline sportive par les portugais.  Elle trouve sa source dans une équitation utilitaire répondant aux nécessités des éleveurs de chevaux et de taureaux sur la péninsule ibérique. Elle se pratique désormais dans toute l'Europe. Venus des Landes, de Bretagne ou de région parisienne, une trentaine de compétiteurs ont rivalisé d'adresse, d'élégance et ont, pour certains, montré une très belle équitation.

Le concours compte trois épreuves : le dressage, la maniabilité et la vitesse.

"C'est très ludique, explique Guillaume Quimerico qui a fait le voyage de Paris avec son fidèle espagnol âgé de dix sept ans. Les chevaux adorent aller sur le parcours de maniabilité. Très vite, ils savent se placer pour ouvrir la porte, faire des démarrages fulgurants, reculer sur un angle droit, changer de pied au galop sur un slalom... Je fais beaucoup de dressage à la maison. Ces parcours sont notre moment de plaisir, la cerise sur le gateau. Ils donnent un but au travail et l'occasion de se retrouver entre passionnés".

Le concours de dressage est noté de façon classique, la maniabilité est également notée par des juges, la vitesse se joue au chrono avec des pénalités si on rate un obstacle. L'épreuve de plus haut niveau exige la conduite du cheval à une seule main. Mieux vaut avoir de l'assiette et des jambes!

Une belle discipline qui peut se montrer exigeante pour les chevaux aussi bien physiquement  que moralement. Comme dans les autres disciplines équestres, tout est question de tact et de préparation. "Certains chevaux s'amusent. Ils pourraient presque faire le parcours seuls! argumente Guillaume; C'est ce que l'on recherche, la sacro sainte légèreté!"


Déplacement latéral sans toucher la barre

Reculer en faisant un angle droit

Ouvrir et fermer la porte

Pierre Jouneau et son bel alezan Vigilante

L'épreuve de vitesse


Guillaume Quimerico fait un huit autour de deux tonneaux

Le plaisir du jeu

Passage de pont



vendredi 24 mai 2019

Rencontre avec un poulain de 3 semaines de Kiss me du Grasset


Kiss me du Grasset et son poulain âgé de trois semaines
Il n'a que trois semaines et déjà une grande personnalité. Curieux, vif, intelligent, c'est le premier poulain né à la Flouquette (là où j'ai mes juments). Bernard Noirot a transféré une partie de son élevage du Gers.
Il est le fils de Kiss Me du Grasset et d'Emerald, le crack BWP qui a fait les Jeux Olympiques. C'est le demi frère de ma propre jument Diana!

Quel bonheur de rencontrer la mère de ma pépite. Elle parait si douce, si sereine. A 21 ans, c'est sûrement son dernier poulain. Une sacrée réussite!
Un petit curieux!


Il est également le demi-frère d'Otello, le fidèle partenaire de Mathieu Noirot sur des hauteurs de 1,50 m. Un cheval extra terrestre dont je vous ferai le portrait prochainement.
Son frère, Otello du Grasset, tout en force et facilité

Sa soeur Diana du Grasset  prépare gentiment une carrière en amateur
Son nom? Jouvenceau, sans doute. Bernard Noirot a encore quelques jours pour se décider.
Une génétique de champion!

Diana se prépare à une carrière "pépère" avec l'amatrice que je suis. Otello a atteint des sommets. Que fera Jouvenceau? Comment savoir? Tant d'aléas jalonnent la carrière d'un cheval de sport. Quant à Kiss Me, elle va sans doute prendre sa retraite dans les prés de La Flouquette et rejoindre ma jument Mistria. Bref, elle restera en famille!

Lien pour voir Otello du Grasset et Mathieu Noirot

lundi 13 mai 2019

Moi, j'aime le CSO et... mon cheval aussi!

Après et même avant l'effort, le réconfort!
J'adore partir en concours surtout depuis que j'habite en Aquitaine. Les compétitions sont moins nombreuses qu'en région parisienne. Lorsque l'on fait un déplacement, on reste deux ou trois jours sur place. A chaque fois, on est une bonne dizaine de l'écurie à participer, parfois plus, sans compter notre coach Mathieu Noirot, sa femme Delphine, le cavalier de la Flouquette Quentin Theas, leur famille, leurs amis, leurs chiens... Une vraie colonie qui se retrouve à Barbaste, Royan, Lège Cap Ferret, Mazeray...
Le CSO, une affaire de famille Noirot

 Les chevaux ne se font pas prier pour monter dans le camion ou les vans. Ils adorent et participent à l'excitation générale. Ils le savent bien. Ils ne vont pas s'ennuyer entre les épreuves, les soins, les balades, les séances de broutage et les papotages devant leurs box.
Dans ma malle, deux ou trois kilos de carottes et des pommes pour Papete, Diana et...  pour moi.
Pas toujours le temps de déjeuner! Les épreuves se succèdent toute la journée. Papete attend avec impatience le barrage. Dès que la cloche sonne, elle est au taquet. Les oreilles en avant, elle cherche le prochain obstacle comme si elle se prenait au jeu. Quant à Diana, elle apprend. Le paddock, elle gère. Elle n'a même pas peur des autres. Les obstacles, aucun souci. Les combinaisons? Elle les attaque! Le souffle, le geste, la rectitude, l'équilibre, le contrôle... c'est bon. Il ne lui reste plus qu'à accepter et même transcender mes erreurs, comme tout bon cheval d'amateur.
On se fait beau pour le CSO. Quentin Theas et sa fidèle A Capella avant d'aller en piste
Une fois le concours terminé, quelle que soit le résultat, c'est l'heure de la douche et du massage. Et puis, on part à la recherche d'herbes fraîches. Elles sont succulentes après les belles pluies printanières.  Retour à l'écurie où chaque cavalier recrée l'univers familier de son cheval. Pour l'un ce sera un doudou accroché à la porte du box, pour un autre un rideau de box qui préserve sa tranquillité. Le choix du voisin de box compte énormément. Papete et Diana se retrouvent toujours côte à côte avec, souvent, leur copine Burberry. Une montagne de foin les attends et deux seaux d'eau.
A tous les niveaux, on s'encourage!
Le soir, à l'apéro,  on discute de la forme de notre cheval, de ses aptitudes et de la meilleure façon de le monter pendant des heures. Chacun raconte son parcours, le montre en vidéo, le commente avec le coach. Ces deux minutes d'adrénaline pendant le parcours valent que l'on fasse tous ces efforts financiers, physiques, d'organisation.  De retour le dimanche soir, épuisée d'avoir cavalé d'une piste à l'autre, crottée, fourbue, je rentre les étoiles dans les yeux et je me précipite sur mon ordinateur pour m'engager lors d'un prochain concours. Demain, les chevaux passeront la journée au pré.
Diana et Papete en mode "récupération active"!

lundi 29 avril 2019

Equitation : Les aides sont faites pour... aider!

Olivier Puls : "Faire aimer l'équitation avec des aides légères"
Les aides servent à guider le cheval, lui donner des indications, l'aider tout simplement. Hélas, trop souvent, elles viennent le perturber, le déranger, l'embrouiller. Elles peuvent même le rendre fou à moins qu'il ne préfère les ignorer totalement et entrer dans sa bulle. Tout plutôt que ces actions d'éperons maladroits, ces chocs dans la bouche, ces inconfortables agitations du bassin, ces incompréhensibles coups de cravache! Plus on agit et plus le cheval s'emmêle les sabots! Est-ce que l'on veut qu'il avance quand on le talonne? Qu'il saute ou qu'il attende la prochaine foulée quand on pousse avec son bassin? Qu'il recule quand on tire sur sa bouche?
C'est d'autant plus obscur pour le cheval que l'on ne cède pas. Céder, rien n'est plus important pour lui! Voilà pourquoi il faut toujours se demander face à un problème : qu'est ce que j'ai fait qui n'a pas aidé mon cheval? Se poser ce genre de questions, cela change tout!  Cela... aide le cheval!
Pour en savoir plus, lire mon article dans Cheval Pratique de mai (n° 350) avec, en bonus, une interview de l'écuyer du Cadre noir Olivier Puls qui nous parle de l'excès d'aide mais aussi de l'énergie, une aide primordiale qui vient compléter les aides classiques.
A lire dans Cheval Pratique de mai

Se poser les bonnes questions, c'est déjà aider le cheval!