Translate

vendredi 6 décembre 2019

10 conseils pour intéresser son cheval

Devenir une personne intéressante aux yeux du cheval


C’est la grande tendance. Il faut que le cheval se connecte à nous ! Encore faut-il se connecter à son cheval. Non seulement, il faut s’intéresser à lui mais aussi, devenir intéressant à ses yeux. Pour connaître cet instant magique où l’on est vraiment ensemble, pas de recette miracle qui marche avec tous les chevaux, plutôt un état d’esprit et du temps. 

  •  La positive attitude : Le cheval apprend d’autant plus vite que l’ambiance est joyeuse et sécurisante. Comme un enfant, il développe ses talents quand il se sent soutenu. A vous d’installer un climat propice en étant souriant, disponible et enthousiaste. Bref, adoptez la positive attitude. Mettez votre téléphone portable sur silencieux et consacrez-vous à votre compagnon. Commencez par bien le détendre. Laissez-le se rouler, faites-le marcher ou lâchez-le en liberté avant de lui proposer quoi que ce soit. 
  • Les yeux dans les yeux : Attirez son attention par un petit bruit, l’appel de son nom et regardez-le dans les yeux.  Soyez à son écoute. Le cheval communique en permanence.  S’il vous regarde, il est avec vous.  Récompensez-le par une caresse ou une friandise. Encouragez-le. 
  • Félicitez! Au risque d’être accusé de faire de l’anthropomorphisme, il faut reconnaître que les chevaux ressentent une certaine fierté à bien faire. Encouragez-les. Faites leur des compliments. Oui, ils sont beaux ! Oui, ils font bien ! Félicitez leurs réussites comme s’ils avaient gagné un Grand Prix. N’hésitez pas à leur offrir des récompenses.  Pour que le cheval fasse le lien entre la bonne réponse et la friandise, donnez la rondelle de carotte ou le quartier de pommes immédiatement après la bonne réponse. 
  • Jouez : Le jeu rend le cheval attentif, entretient sa forme physique, augmente ses capacités d’adaptation. Il lui offre la possibilité d’exercer sa curiosité et de développer son intelligence. Enfin, il permet au cavalier de mieux connaître son cheval. C’est  aussi une façon de partager un moment quand on ne le monte pas. La condition : ne pas punir un cheval qui ne réussit pas un jeu.  En préliminaire, il faut lui apprendre le respect. Pour jouer, un cheval doit connaître les limites,  ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, le retour au calme. S’il ne comprend pas, inutile de lui mettre la pression. Mieux vaut lui proposer autre chose. Soyez créatif. Ce qui marche avec un cheval ne fonctionne pas forcément avec un autre. N’hésitez pas à lui faire explorer son environnement, découvrir de nouveaux objets (en les associant à un mot), grimper sur un tabouret, taper dans un ballon ou faire une jambette … 
  • Devenez son ami : Dans la nature, le cheval cherche sa sécurité au sein du troupeau.  Souvent, il s’attache à l’un de ses congénères. Ainsi, l’on voit souvent deux chevaux devenir inséparables, se suivre, se faire du grooming, en somme développer un lien d’amitié. A votre tour de jouer sur cette tendance du cheval à se faire un copain en devenant son ami.  Pas question pour autant de vous prendre pour un cheval  et d’avoir la prétention de remplacer tout autre contact. Si possible, laissez votre cheval aller au pré ou au paddock avec d’autres congénères. Il n’en sera que mieux dans ses sabots ! Jouez les bons copains en lui faisant des gratouilles par exemple.  Le garrot, la crinière, le couard, le chanfrein… à vous de trouver l’endroit qui lui plaît.  Si lâché au pré, il reste de lui-même à vos côtés, c’est gagné !
  • Soyez zen : Vous intéresserez d’autant plus votre cheval que vous serez sûr de vous, confiant, assuré, calme. Pas de geste inutile. Vous savez ce que vous voulez et où vous allez. C’est rassurant pour le cheval qui va alors chercher votre compagnie.  Tout est information pour lui. Le moindre mouvement de votre buste, la position de vos épaules, la plus petite tension… est importante.  Mieux vaut donc éliminer les gestes inutiles, chasser les signes parasites.   La méditation, le yoga, la sophrologie, le taï chi permettent d’accéder à cette meilleure conscience du corps qui elle-même rend nos mouvements plus harmonieux, déliés, amples et donc plus faciles à lire pour le cheval. 
  • Adaptez-vous ! Quand vous abordez un nouvel exercice, n’hésitez pas à visualiser intérieurement ce que vous allez faire.  Cela vous permettra d’aller droit au but. Pour autant, adaptez-vous sans cesse aux réponses du cheval. Improvisez. Laissez-vous guider par vos intuitions. Ne cherchez pas à l’enfermer dans un schéma. Avec un cheval froid, surprenez-le. Amenez-le là où il ne s’attend pas. Faites des transitions très rapprochées. Variez le travail en lui demandant tout le temps quelque chose. Avec un cheval chaud, vous pouvez commencer par établir une routine qui lui donnera des repères et le calmera. Chaque cheval a un talent. Si vous le découvrez, vous n’aurez plus aucun mal à garder son attention. C’est lui qui viendra vous faire des propositions ! 
  • Utilisez toujours le même langage : Soyez cohérent. Employez les mêmes mots, les mêmes gestes. Si vous partagez un cheval en demi pension, mettez vous d'accord pour quelques mots de base. N’hésitez pas à faire une liste. Choisissez des mots de une ou deux syllabes. Utilisez également des intonations, des sifflements. Grave, traînante et douce, la voix ramène au calme. Tonique, elle encourage. Claquante ou grondante, elle désapprouve. Les consignes doivent être claires. Laissez le cheval trouver la solution. Il a le droit de faire des expériences.  
  • Accordez-lui de nombreuses récréations, rênes longues. Il doit faire la différence entre le moment où il est au travail et la pause.  Il a besoin de ces pauses pour se détendre et pour assimiler ce qu’il vient d’apprendre.
  • En selle, l’impulsion d’abord : Vous maintiendrez d’autant plus facilement son attention que votre cheval sera dans le mouvement. S’il s’intéresse à autre chose, n’hésitez pas à le remettre en avant.  Variez les exercices. Ne galopez pas toujours au même endroit.  Inventez  de nouvelles figures. Bouleversez l’ordre habituel. L’ennui, voilà l’ennemi ! N’hésitez pas à quitter le manège pour travailler à l’extérieur. Faites des trottings d’abord en compagnie d’un autre cheval. Puis sortez seul. Votre cheval va alors s’en remettre à vous. Il doit vous faire confiance. Avec vous, rien ne peut lui arriver !












lundi 25 novembre 2019

10 conseils pour soigner votre première rencontre avec un cheval


Les premiers moments avec un cheval comptent pour la suite!
Notre humeur, notre état émotionnel, nos intentions… le cheval perçoit et ressent tout. L’impression que l’on donne dans les premiers instants est déterminante pour la suite. Les quelques minutes passées dans le box à saluer son cheval, lui mettre le licol, le sortir pour le panser vont donner le ton de la séance de travail qui va suivre. Si le premier contact s’est bien passé, le cheval va commencer sa séance dans un état relâché. Il sera disponible. S’il ne vous accepte pas au box, il n’est pas prêt à communiquer avec vous et la séance s’annonce plutôt mal.

Le cheval  a besoin de vous sentir
Laissez-le venir à vous

  1. Préparez-vous. Comme un premier rendez-vous, une rencontre avec un cheval se prépare. Portez des vêtements dans lesquels vous vous sentez bien. N’hésitez pas à arriver à l'avance pour établir une vraie relation. Eteignez votre portable ou mettez-le en mode silencieux, c’est la moindre des politesses. Prévenez de votre arrivée par une communication sonore. Appelez-le par son nom ou émettez un petit sifflement.
  2. Prenez votre temps. Le cheval a une vision panoramique. Il voit autour de lui sauf quelques degrés devant et juste derrière.  Approchez en arrivant de face légèrement sur le côté. Surtout, ne lui sautez pas à l’encolure. Laissez-le venir vers vous, vous effleurer et vous renifler.  Il va déterminer à qui il a à faire. Apprenez-lui son nom en l’associant à une caresse ou à une rondelle de carotte.  Une caresse, ce n’est pas une claque !  La claque, le cheval la supporte par habitude ou par résignation. Mais elle ne lui fait pas vraiment plaisir. Posez votre main doucement. Le cheval est tellement fin. Qu’une mouche se pose sur son flanc et immédiatement, il frémit!
  3. Dosez vos caresses. Tant que vous ne vous connaissez pas, contentez-vous de caresser la partie haute de l’encolure et le dos. Le ventre est plus sensible. Pas question de le toucher d’entrée de jeu. De même, ne vous permettez pas de palper son poitrail comme vous le feriez à un chien. Cela représente un niveau de familiarité poussé. A chaque fois que vous avancez un peu plus loin, guettez la réaction du cheval. S’il bouge les oreilles, frissonne, montre le blanc de son œil, votre approche a été trop rapide. Le cheval est mal à l’aise. Revenez en arrière par exemple, sur le haut de l’encolure. Ecoutez le cheval ! Il vous dit si vous pouvez continuer. Surtout, ne le brusquez pas. Etablissez un contact paisible.  
  4. Soyez à l’écoute : Essayez de trouver ce qu’il aime. Chaque cheval a ses goûts et ses préférences. L’un adore se faire caresser tout doucement les paupières. Un autre se pâme lorsqu’on lui caresse la bouche, voire les gencives. La plupart aiment les gratouilles à la racine de la crinière du garrot jusqu’au toupet. Beaucoup apprécient de se faire frotter le chanfrein et, si vous connaissez bien le cheval, un petit massage du couard (la base de la queue). 
  5. Adaptez-vousChaque cheval est différent. On n’aborde pas de la même façon un entier, un cheval stressé, un papy tranquille. Les uns ont besoin d’être cadrés, les autres apaisés, les derniers énergisés…
  6. Etablissez une routine : Face à un cheval stressé ou inquiet, tout ce que vous allez faire doit être prévisible. Ayez les mêmes intonations de voix, une gestuelle claire et simple, faites toujours les mêmes choses dans le même ordre. Cela va lui donner des repères et le réconforter.  
  7. Soyez rigoureux, notamment avec les entiers. Ils sont à la fois faciles à aborder parce que leurs réactions sont claires et difficiles parce qu’ils recherchent le contact physique. Ils ont tendance à aller de plus en plus loin. Ils vous papouillent avec leurs lèvres, puis très vite, ils vous attrapent le pull, les cheveux, voire le bras ! Il faut savoir accepter un peu de contact mais pas trop. Ce qui exige une grande confiance en vous. La dernière chose à faire est de s’énerver et aller à l’escalade. Soyez particulièrement rigoureux sur leur éducation. Soyez amical mais ne laissez rien passer.
  8. Intéressez-le. Si le cheval vous montre sa croupe, il vous dit qu’il n’a pas envie d’une relation avec vous. Ce n’est pas forcément votre personnalité qui le dérange, peut-être a-t-il un vécu négatif avec les êtres humains. Il a mis en place cette réponse sans doute à cause d’une expérience malheureuse au box. A vous de lui proposer une autre réponse. Pour cela, il faut du temps ! Si vous forcez le contact et que vous lui sautez dessus avec votre licol, vous le mettez en état de détresse et il va aborder la séance de travail crispé. Arrivez à l’entrée du box. Montrez lui une carotte. Appelez- le. Le cheval va venir. Ne donnez pas tout de suite la carotte sinon, il peut croire qu’il a eu la carotte parce qu’il a montré sa croupe. Attendez un peu. Caressez. Quand le cheval vient au contact, donnez la carotte. Recommencez autant de fois que nécessaire. La carotte doit être utilisée comme une récompense et non comme un appât. N’hésitez pas à venir rendre des visites « gratuites » à ce cheval, juste pour lui dire bonjour, sans le faire travailler. Certains chevaux de club se montrent agressifs quand on entre dans leur box. En fait, ils bluffent et veulent seulement avoir la paix.
  9. Soyez attentionné : Le pansage peut devenir un pur moment de plaisir. La plupart des chevaux adorent qu’on s’occupe d’eux. Ils aiment se sentir chouchoutés N’agressez pas le cheval par un pansage intrusif. Avec une jument chatouilleuse, prenez une brosse douce. Ne l’attachez pas ou alors de façon lâche pour qu’il puisse réagir. Quand le pansage est agréable, le cheval peut se mettre à vous mordiller délicatement, comme il ferait à un congénère en train de lui gratter le garrot. Surtout, laissez le faire. Si à cet instant là, vous le remettez à sa place vertement en lui donnant une claque, il ne comprendra pas et se méfiera de vous. Ne craignez rien. S’il avait voulu mordre, il vous aurait prévenu en baissant ses oreilles.
  10. Souriez!  
    Sourire à un cheval, c’est lui envoyer un signal facile à interpréter. L’humain est bienveillant, content d’être là, ses intentions sont bonnes. Le sourire permet aussi au cavalier de se détendre. En cas de stress, il suffit de se forcer à sourire 60 secondes pour que notre cerveau reçoive un message positif et provoque une baisse de production des hormones du stress et une augmentation de celles qui favorisent la bonne humeur. Le sourire abaisse la pression artérielle et ralentit le rythme cardiaque. Enfin, il donne à notre interlocuteur (le cheval en l’occurrence) l’image d’une solide confiance en soi. Le cheval y est sensible. Il est attiré par des personnes sûres d’elles. Il se sent plus en sécurité auprès d’elles.
    ATTENTION! Cet article ne peut être reproduit. Il est soumis aux droits d'auteur! Merci



mardi 19 novembre 2019

Salim Ejnaïni, aveugle et cavalier de saut d'obstacles!

Salim Ejnaïni en concours
Il s'est classé hier à Barbaste dans un Grand Prix amateur 1,05m! Pour Salim Ejnaïni, rien n'est impossible! Il faut le voir, seul en piste, sur son cheval Rapsody, uniquement guidé par les voix de ses crieurs. Comment peut-il se retrouver au milieu des "La" lancés aux quatre coins de la piste, tourner, compter ses foulées et demander à son cheval de sauter, puis se réceptionner et repartir en serrant ses courbes pour avoir une chance d'être classé dans un concours comprenant 70 participants valides?

 Salim nous impressionne tous, petits cavaliers du dimanche, champions comme Philippe Rozier ou Michel Robert, stars comme Guillaume Canet qui a préfacé son livre "L'impossible est un bon début" (éditions Fayard).
Conférences, séminaire, dédicaces, Salim Ejnaïni va au devant du public

Un livre qui donne des ailes!
Dans un style simple et direct, Salim Ejnaïni raconte son parcours. Les premiers signes de la maladie à l'âge de six mois, le cancer de la rétine, la cécité complète à seize ans, l'effrayant parcours de soins, la peur de faire peur mais aussi ses efforts pour garder le cap, mener ses études et surtout sa détermination à monter à cheval.

  "Cela n'a pas été évident de trouver un club qui m'accepte. Les enseignants se disaient pas formés, pas équipés. Enfin, je suis tombé sur l'ACBC à Boulogne Billancourt, puis sur la Société Hippique de Blanquefort. Ils y ont cru". Les premiers lui ont appris à monter à cheval, les seconds sous l'impulsion de Sébastien Carralot lui ont ouvert les portes de la compétition. Enfin, Guillaume Canet, séduit par la détermination de Salim,  l'a introduit sur les plus grandes pistes.
Avec son fidèle Rapsody

Le cheval belge, Rapsody, l'accompagne des concours du sud ouest au jumping de Bordeaux en passant par le Longines Masters de Paris. Le couple enchaîne des parcours sans l'appui d'un autre cheval pour leur servir de guide, uniquement à l'oreille. "On a un lien très fort, raconte Salim. Quand je ne trouve pas son box sur un jumping, il m'appelle. Il regarde toujours ce que je fais, me pardonne mes erreurs, réagit à merveille mais quand il est mal luné, il sait me le dire et me mettre en difficulté. C'est ce qui est bien avec les chevaux. Ils parlent!"

Allez sur la page Facebook Monchevalmedit pour voir le parcours de Salim Ejnaïni à Barbaste le 17 novembre dernier
Lisez mon interview dans le prochain Cheval Pratique 

vendredi 1 novembre 2019

Comment négocier avec un cheval explosif!




 Diana a toutes les qualités. Elle est curieuse, charmante, sûre d'elle.  Elle saute très bien, n'a peur de rien. Encore jeune, elle aime jouer. Elle peut partir en coups de cul uniquement pour le plaisir
Aux écuries de la Flouquette, mon coach Mathieu Noirot me soutient avec une patience d'ange. Mais c'est un problème à régler entre elle et moi. Quand il monte sur Diana, elle lui fait son petit cinéma mais elle arrête vite parce qu'il continue comme si de rien n'était et qu'il lui lève la tête pour l'empêcher d'exploser trop fort.
Avant de monter, je me répète la formule magique : "Diana, tu es un bon cheval, j'ai les capacités de te monter et d'enchaîner un parcours avec toi". 

C'est parti! Dès l'échauffement, je sens la jument vibrante mais je poursuis en changeant tout le temps d'exercices : ralentissements, allongements, voltes, demi-voltes, transitions, départs au galop...  Je ne m'occupe pas des autres chevaux ni de ce qui se passe dehors. Rien que Diana et moi, dans notre bulle! Après quelques obstacles d'échauffement. Mathieu Noirot me propose un petit enchaînement bas. "Dès que tu sens qu'elle va partir, lève lui la tête, répète-t-il. Par contre, pas de main à l'obstacle. Laisse la faire. C'est elle qui saute". Après le cinquième obstacle, dans le virage, Diana part en coups de cul. Je lève les mains, je reste à ma place et... je vais sauter mon dernier obstacle au pas. Pas d'émotions négatives. J'ai la réponse adéquate. La jument se calme à une vitesse incroyable. Je retourne sauter un mini parcours. Elle est top! Oui, vraiment Diana a toutes les qualités! Il faut juste jouer avec!





mardi 24 septembre 2019

Le moine, les ânes et les chevaux

Après "l'Equitation sentimentale", Alexandre Siniakov lit "En intelligence avec les chevaux"
Alexandre Siniakov est un jeune prêtre orthodoxe qui recueille des chevaux et des ânes dans son royaume d'Epinay-sous-Sénart en  région parisienne. Il réalise son vieux rêve de cosaque : avoir des chevaux et vivre en harmonie avec eux.
 Je l'ai interviewé pour Cheval Pratique et...  il m'attendait avec mon propre livre à la main pour que je lui dédicace. "Mon sang cosaque et ma bonne volonté ne suffisaient pas à faire de moi un homme de cheval. Je me suis documenté, j'ai lu et j'ai appris". Il ajoutera un peu plus tard, les yeux malicieux: "Quand je ne sais plus quoi faire avec eux, je chante et je prie". 


Petite balade avec la comtoise Quenelle dans les jardins du séminaire



Les chevaux sont lâchés tous les jours autour de la chapelle orthodoxe

Alexandre Siniakov a bouleversé sa vie pour s'occuper de ses sept chevaux et de ses deux ânesses. De 5h30 le matin à 22h30, sa journée est ponctuée par les prières et les soins aux animaux. Il s'occupe de ses deux troupeaux- ses fidèles et ses animaux- avec la même passion, le même dévouement. Où va-t-il s'arrêter? Depuis le reportage, il a accueilli un nouveau pensionnaire, un magnifique alkal-téké de trois ans.

Chacun trouve sa place dans le troupeau!

Pour découvrir ce lumineux personnage, vous pouvez lire le long entretien qu'il m'a accordé dans Cheval Pratique d'octobre (355) et acheter son livre "Détachez-les et amenez-les-moi" paru chez Fayard.
Le père Alexandre Siniakov vient d'ouvrir un site internet consacré à sa cavalerie et à son asinerie : écurie-chrétienne.org


dimanche 25 août 2019

Vers un spectacle équestre éthique avec Galienne Tonka

Confiant, Tsar,  percheron de quatre ans participe à son premier spectacle.
Alors que se déchaîne la polémique sur l'utilisation des chevaux dans les cirques et les spectacles après la mort d'un poney au cours d'une représentation d'Ex Anima, le dernier spectacle de Bartabas, Galienne Tonka et son Théâtre du Cheval Bavard montrent la voie. A Bioussac, en Charente, les chevaux sont des stars qui travaillent à leur rythme, ne sont jamais forcés, peuvent exprimer leurs idées et vont au pré tous les jours comme il se doit! Pas de prouesse équestre ni d'originalité forcenée, juste des chevaux parfaitement présentés, de belles lumières, de la musique, des idées, de l'émotion... oserai-je dire de l'art! Lorsqu'ils sont montrés en liberté, les chevaux sont... libres! Ils sont guidés mais jamais contraints ou excités au stick ou à la chambrière. Ils peuvent improviser! Montés, ils le sont avec des aides minimalistes et beaucoup de gaieté. Bref, les chevaux sont des artistes et le public sous le charme. Galienne et son théâtre nous offre une nouvelle image du spectacle équestre. Image à cultiver en ces temps où il faut être irréprochable pour continuer de montrer des chevaux au public ou de les monter en compétition.
Un carrousel de haute tenue à l'occasion du dernier festival des arts équestres libres
Le lusitanien a le droit de tirer Galienne par la manche, il ne la déchire pas!
Au Théâtre du Cheval Bavard, les chevaux s'expriment!
Galienne Tonka propose une nouvelle image de l'art équestre

De la poésie, de l'amour, de la joie... avec le connemara Event
 Liska Llorca signe cette peinture qui nous invite à pénétrer dans ce théâtre des arts

Une bulle de joie et de sérénité entoure les stars chevaux
Pour en savoir plus sur le Théâtre du Cheval Bavard, lisez mes précédents articles. Il suffit de taper Cheval Bavard dans la case Recherches de mon blog.
Lien vers le site Cheval Bavard

lundi 19 août 2019

L'agenda Mon Cheval Me Dit est sorti!

Un agenda pour galoper vers la rentrée!



Papete a posé pour les photos
Voici un agenda qui va immerger les collégiens et les collégiennes  dans le monde du cheval. Édité par Hamelin, vendu en grandes surfaces ou par Internet, il est signé Mon Cheval Me Dit. On le trouve avec cinq couvertures différentes et, à l'intérieur, des textes, des jeux sur les chevaux et un test pour savoir si l'on comprend les chevaux.
Pas besoin d'agenda pour Diana qui  connait par coeur son emploi du temps!

 Au sommaire : Comment il dort? Sa vie de famille. Le cheval et les autres animaux. L'équitation, un sport de filles? Le mythe de Pégase. Le pansage plaisir. Des allures de bombe. Qui es-tu cheval? Que dis-tu? Des personnalités différentes. La naissance du poulain. Mon professeur de vie. Non aux idées fausses. Cheval, mon ami. L'intelligence du cheval. Tout pour réussir. Jolie cavalière...
Bref, cet agenda accompagnera les jeunes tout au long de l'année qu'ils soient cavaliers ou non.  Avec plein de petites infos, un ton enjoué et de belles photos. Tout pour se faire plaisir à la rentrée!
Des infos, des photos pour mieux connaître les chevaux

Un agenda qui s'adresse aux amoureux des chevaux, cavaliers ou non

jeudi 1 août 2019

Les cavaliers du Temps à Andernos

Les Cavaliers du Temps sont à Andernos pour l'été
Belle soirée féérique et rythmée avec "Les Cavaliers du Temps" aux Ecuries d'Andernos-les-Bains (33). Mené par Charles Kirsch, sa compagne Sabrina et leur fille de neuf ans, le spectacle "Les chevaux magiques" enchante petits et grands avec des numéros bien ficelés tout en étant respectueux du cheval.

Le cirque est vraiment une affaire de passion et de famille pour cette compagnie. De la communication à l'entretien des camions, du dressage des chevaux à leurs soins constants, en passant par les lumières, la fabrication des harnachements, la création des costumes, la vente des billets, la confection de la barbe à papa... le trio s'occupe de tout!  "Cela fait 35 ans que je fais du cirque et je suis toujours aussi passionné. Toute notre vie, tout notre temps, toute notre énergie tournent autour du cheval!" dit Charles, trapéziste, acrobate et écuyer.
Le cirque se transmet de génération en génération

Une belle succession de tableaux
Un spectacle à voir absolument si vous êtes sur le Bassin d'Arcachon avec  du dressage, de la voltige, des numéros de cirque et d'acrobatie. Une quinzaine de chevaux sont présentés. Parmi eux,  un très joli frison, un comtois, un irish cob, un pure race espagnols, un welsh, des falabellas et un âne adorable. Je vous raconterai les coulisses de la Compagnie très bientôt.


Incroyable numéro d'équilibriste


Charles Kirsch fait partager sa passion pour le cheval
La troupe au complet pour le final

samedi 20 juillet 2019

Bien faire voyager son cheval : mes astuces

Inutile d'attacher nos chevaux dans le van
En sécurité, installés confortablement et sans stress, voilà l'objectif recherché lorsqu'on voyage avec des chevaux. Au fil des voyages, nous avons travaillé la question. Inutile de mettre des protections à des chevaux qui voyagent régulièrement. En cas d'accident, elles ne servent pas à grand chose. Elles ont tendance à déranger le cheval et le rendre gauche pour monter ou descende du van. En plus, elles tiennent chaud. Des bandes de repos peuvent toutefois être intéressantes pour de longs voyages.

Un solide filet de trapéziste sépare les deux juments


Pour séparer nos deux juments, nous avons enlevé la grille qui servait de cloison et qui nous faisait peur. Nous l'avons remplacé par un filet. Chaque cheval a sa tranquillité mais ne risque pas de se cogner un oeil. Nous n'attachons jamais les chevaux. Nous leur laissons seulement un licol. Ce qui évite qu'ils restent accrochés ou s'étranglent en cas d'accident. Nous n'oublions pas le foin et nous emportons un bidon d'eau au cas où. Ensuite? Il suffit de partit tôt le matin, rouler doucement, anticiper les actions et bien ralentir dans les ronds points pour ne pas les secouer. Les chevaux arrivent à bon port frais et reposés, prêts pour le concours.
Notre chienne peut patienter quelques minutes dans la voiture sans souffrir de la chaleur
Notre chienne Siska a également eu le droit à un aménagement du coffre avec un filet. Cela lui permet de rester dans la voiture pendant le concours ou quand elle en a assez de nous suivre sans souffrir de la chaleur.

lundi 15 juillet 2019

Rafraichir et hydrater mon cheval

Un ventilateur pour se rafraîchir
Faire la sieste sous le ventilateur, c'est bon!  Ce cheval photographié lors du dernier concours à Ascain semble y prendre goût. Ses yeux se ferment, sa lèvre inférieure se relâche, ses oreilles se détendent...
Pas toujours facile de préserver les chevaux de la chaleur. L'idéal serait de les lâcher au pré la nuit quand les insectes leur laissent du répit et les rentrer le jour dans de larges boxes aérés.
En cas de canicule, vous pouvez les doucher plusieurs fois par jour pour les rafraîchir.
Montez-les plutôt à la fraîche, le matin de bonne heure. Optez pour un travail léger et se réfugier à l'ombre dans la forêt. Veillez à ce qu'ils disposent d'une eau de bonne qualité (pas un fond stagnant).
Un cheval de 500 kilos boit entre 15 et 60 litres par jour. Ses besoins augmentent notamment en fonction des conditions météo. N'oubliez pas la pierre à sel. Quand il transpire, le cheval élimine du sel. Il a donc besoin de compenser.
Le test du pli cutané

Pour savoir si votre cheval est déshydraté, faites le test du pli cutané. Soulevez et pincez sa peau au niveau de l'encolure. Relâchez. Si le pli persiste, c'est un signe de déshydratation. Mettez votre cheval à l'ombre, arrosez-le et proposez-lui à boire.

mardi 9 juillet 2019

Guillaume Henry veut faire vivre l'équitation française de légèreté

Guillaume Henry, ambassadeur de l'équitation française
Il est à la tête de la nouvelle Mission française pour la culture équestre. Auteur, éditeur et grand défenseur de l’équitation française de tradition, Guillaume Henry entend promouvoir notre belle équitation en France comme à l’étranger. Interview


Qui est à l’origine de cette Mission ?
Depuis novembre 2011, l’équitation française est inscrite par l’Unesco en tant que patrimoine culturel immatériel. Elle représente la France au même titre que le Repas Gastronomique des français !  Il est indispensable que ses différents acteurs s’unissent pour la soutenir. C’est pour cela que la Fédération Française d’Équitation (FFE) et l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation (IFCE) se sont rapprochés et ont créé la Mission française pour la culture équestre.

Que va faire la Mission concrètement ?
Elle va suivre le dossier auprès de l’Unesco pour conserver l’inscription et promouvoir notre culture tant en France qu’à l’étranger. Nous avons un art de vivre, une philosophie, une culture, un patrimoine spécifiques qu’il est important de connaitre et de valoriser.
Une équitation dont se réclame le Cadre Noir de Saumur


Quelle est cette spécificité française ?
Quand on parle d’équitation française, on se réfère à un mouvement qui débute à la Renaissance, lorsque l’on cherche à développer la mobilité du cheval sur les champs de bataille. Les italiens initient les premiers principes, que Salomon de La Broue et Antoine de Pluvinel puis des milliers d’écuyers après eux (jusqu’à nos jours) mettront au goût français. D’une manière générale, les français vont chercher à retrouver le naturel du cheval sous la selle. Leur équitation se base énormément sur le feeling, les français ont besoin de ressentir les choses. Ils laissent une part à la poésie, l’instinct, au brillant.

Que reste-t-il de notre culture équestre ?
Une éthique particulièrement moderne qui prône le respect et une relation harmonieuse avec le cheval. L’épaule en dedans par exemple est une construction française. La Guérinière y voyait un moyen d’assouplir le cheval, de donner de la hauteur à son avant-main et de lui faire engager les postérieurs sans le forcer. C’est aussi un français, le général L’Hotte qui a défini l’impulsion comme le désir de se porter en avant. Cette notion de « désir » est typiquement française, de même que le ramener qui est une décontraction de la mâchoire. 
L'équitation française incarnée par Sophie Bienaimé au Musée Vivant du Cheval de Chantilly

Quelles vont être vos premières actions ?
Les chantiers ne manquent pas : rédiger une plaquette pour faire connaître nos principes fondateurs aux cavaliers ; monter un réseau des enseignants de l‘équitation française à l’étranger ; faire connaître les hauts lieux de l’art équestre français ; promouvoir le savoir-faire français (sellier, meneurs…) Et puis, expliquer cette recherche de légèreté typiquement française, à la fois chemin et but et véritable éthique de la relation homme/cheval. A l’heure où l’utilisation du cheval est de plus en plus remise en question, cette légèreté « à la française » pourrait bien sauver l’équitation et les chevaux dans la foulée !
-- 

lundi 8 juillet 2019

Astuce aménagement box : le seau d'eau

Un système d'abreuvoir bien pratique en concours
Et voilà! Les seaux sont en place. L'eau restera propre et à disposition de ma petite Diana. J'ai enfin trouvé le bon système pour abreuver les chevaux en concours dans les box démontables. !
La grande poubelle posée par terre, les seaux attachés avec une chaîne... j'ai essayé différentes solutions. Dans la grande poubelle, le cheval peut crotter, voire la renverser d'un coup d'antérieur. Quant à attacher les seaux avec des chaînes, c'est pas mal mais il faut une certaine habileté. Là, c'est simple!
Avec une attache de rideau de box 






 Il suffit de se procurer des seaux pas complètement ronds, avec un côté droit qui ira contre le mur. Il ne reste plus qu'à les attacher avec ce système vendu pour les rideaux de box. Le tour est joué. Et maintenant, en piste!

A nous la belle piste d'Ascain

jeudi 4 juillet 2019

Parage d'été pour Mistria, ma jument retraitée

Parage indispensable pour les chevaux au pré
A la retraite depuis plus d'un an, Mistria a eu le droit à un petit parage. Ces dernières semaines, grâce à la bonne herbe, ses pieds ont poussé et, avec le temps sec, ils risquent d'éclater. "Et pas forcément au bon endroit! a expliqué Wolfgang Albert qui vient d'intervenir en urgence pour un cheval dont le sabot s'est fendu jusqu'à la chair.  Mieux vaut agir préventivement!"
Pas question de séparer Mistria de ses compagnons de pré. Pour éviter un stress bien inutile, Wolfgang a accepté de venir "à domicile". Le troupeau est resté derrière la barrière à attendre la Mistria qui s'est offert un petit galop pour fêter ses nouveaux pieds et les rejoindre.
Le groupe est resté à proximité pour l'attendre