Translate

vendredi 26 janvier 2018

Laissez passer le mouvement!

A lire dans Cheval Pratique de février
Trop souvent, sur les paddocks, les manèges, les pistes d'entraînement, beaucoup de cavaliers ne sont pas avec leur cheval mais contre 
Ce qui les obsède? Travailler, plier leur cheval, engager ses postérieurs sous la masse. Ils regardent l’encolure, le placer de la tête. Ils cherchent à avancer, à le mettre en avant. Ils mettent des jambes, ils mettent des mains. Ils imaginent travailler chaque foulée. Ils croient bien faire.  Ils se donnent du mal.  Au fond, parfois, bien qu'ils s’en défendent, ils ne font que pousser-tirer et briser le mouvement. Et si l'on osez le mouvement? 
C'est l'objet de mon dernier article dans Cheval Pratique de février.

Pour Olivier Puls, écuyer du Cadre Noir, la relation prime

J'en ai moi-même fait l'amère expérience. Heureuse de ce que je pensais obtenir avec Mistria, j'étais allée prendre une leçon avec un écuyer discret mais compétent qui, à mon plus grand étonnement, m'avait lancé: "Laissez fonctionner votre jument!"
J'ai alors réfléchi. J'ai compris qu'il fallait laisser passer le mouvement. Ce n'est pas si compliqué au fond. Il suffisait de se mettre à l'écoute. Entendre ce que dit le cheval, déchiffrer ce qui se passe sous nous.  Tout devient alors différent. On redonne au cheval l'envie d'aller de l'avant et dans l'équilibre. 
A pied ou en selle, Claire Vandenbucke reste à l'écoute du cheval

Pour cet article, j'ai interviewé trois personnes d'univers et d'horizons différents.
Olivier Puls, écuyer du Cadre Noir, s'intéresse avant tout à la relation avec le cheval. Il réécrit l'équitation française dans l'écoute et en offrant un maximum de liberté.
Claire Vandenbucke, cherche à sortir d'une équitation figée et approfondit son travail auprès de Bernard Sachsé, ce cavalier qui n'a plus ses jambes mais sait donner du mouvement.
Enfin, Mathieu Noirot, mon propre coach, cavalier de sauts d'obstacles qui fait de grosses épreuves en donnant l'impression de ne rien toucher tant son équitation est fluide et dans le mouvement. 
Mathieu Noirot, cavalier de CSO, compare un parcours d'obstacles à une descente à ski

Aucun commentaire :

Publier un commentaire