Translate

samedi 17 octobre 2015

Le coup de gueule de Christian Carde contre les juges de dressage


Pauvre Totilas!
Le colonel Christian Carde se désespère. Ecuyer du Cadre Noir, entraîneur national de dressage, juge,  il porte un regard désolé sur le derniers championnats d'Europe d'Aix-la-Chapelle et sur l'évolution du dressage.  "Au plus haut niveau, les cavaliers s'évertuent à tirer et à pousser. On est loin des canons de l'équitation juste, celle qui figure pourtant dans le réglement de la FEI. La quête de légèreté avec des chevaux harmonieux a laissé place à une multiplication de chevaux mécanisés, tenus fortement et très sollicités dans les aides".

A Aix-la-Chapelle, les juges ont été sifflés par un public choqué par les notes attribuées à des arrêts sur les épaules, des piaffers sur les épaules, des allongements du trot avec des chevaux qui étendent les antérieurs mécaniquement... Et Christian Carde de dénoncer "les attitudes peu harmonieuses des chevaux mécanisés, exagérément ramenés et tenus sur des rênes fortement tendues, les bouches douloureusement fermées par des muserolles bloquées". 

Et que dire de l'incroyable différence de notes entre les juges? "Le grand Totilas a été noté troisième par un juge, vingtième par un autre! Ce cheval extraordinaire était devenue une vedette usée qu'on aurait dû arrêter de monter". 
Le colonel Carde rencontré au Haras de la Cense

La FEI a beau augmenter le nombre de juges, ils continuent de noter la mauvaise équitation! "Le dressage de haut niveau est devenu un business avec beaucoup d'argent en jeu. J'ai arrêté de juger à Moscou en 2000. J'avais jugé dernière une cavalière qui a été noté première par les autres juges. Elle était membre de l'équipe russe et son mari avait un poste très important. Les juges sont payés par les organisateurs. Si vous ne mettez pas les notes qu'ils attendent, ils vous oublient ensuite". 

Quant au Rollkur (hyperflexion de l'encolure très contraignante pour le cheval), il continue d'être pratiqué par plusieurs cavaliers de la Ranking list. "C'est d'autant plus scandaleux qu'il y a des stewarts chargés de surveiller les paddocks. Les suisses sont courageux. Ils considèrent cette pratique comme de la maltraitance et donc, un délit punissable". Les pétitions contre cette pratique se multiplient sur les réseaux sociaux mais la FEI ne prend que des demies mesures.

Chritian Carde évoque également les chevaux qui saignent de la bouche, ceux qui rétivent... et même cette cavalière qui s'est emballé devant des milliers de spectateurs stupéfaits. "Elle a dû emprunter un autre cheval pour la remise des prix dans une épreuve dite de ... dressage!"

L'écuyer propose de revoir en profondeur la question du jugement pour remettre le dressage sur de bons rails. "On pourrait juger de façon plus scientifique, moins subjective en s'appuyant sur le règlement et sur les possibilités du traitement des images par informatique". 

Lien pour la page Facebook de Chritian Carde. 

18 commentaires :

  1. Le juge qui a OSE sanctionner Totilas : Jean Michel Roudier, juge français et bon cavalier et honnête..... bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon cavalier je ne l'ai jamais vu en épreuves et je doute de ses compétences. Alors en temps que juge j'ai des doutes surtout quand je vois de tels écarts de notes, mais il n'est pas le seul dans cette mafia des juges. Il y a de l'ordre à remettre dans la boutique.

      Supprimer
  2. Le colonel Carde a raison mais il est un peu seul. Tous les cavaliers un tant soit peu informés devraient soutenir son point de vue, ce que j'essaie de faire ici. La question soulevée est grave car elle disqualifie la Fédération internationale ainsi que les Fédérations nationales qui s'alignent sans réfléchir aux conséquences de leur laxisme sur le sport qu'elles sont censées promouvoir. Je réagis également en tant que juriste pour dire que dans tous les pays, à commencer par la France, les témoins d'une maltraitance, à fortiori quand un cavalier la pratique en public, peuvent déposer plainte auprès du Procureur de la République.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut déposer plainte et surtout, prendre des photos, des vidéos. Les images circulent et ont un impact énorme!

      Supprimer
  3. Sujet qui fâche toujours! Et qui compromet même l'élevage! petite coquille: RollKUR, pas KÜR. Kur ET Kür existent mais c'est pas du tout le même sens.

    RépondreSupprimer
  4. C'est toujours le même problème... Tant que le dressage sera jugé par des juges dits "professionnels" voire "internationaux" qui ne savent même pas faire ne serait-ce qu'une épaule en dedans, sans parler de la notion d'équitation "juste" dont ils ne saisissent ni le sens ni la portée, les notes ne pourront qu'être subjectives. Seuls de grands cavaliers de dressage reconnus par leurs pairs devraient être habilités a noter le dressage de haut niveau. Prenons l'exemple du colonel Margot, l'un des plus illustres écuyers en chef du Manège de Saumur devenu par la suite juge de dressage international; lorsqu'il affublait un cavalier d'une mauvaise note et que celui-ci s'en défendait, le colonel le priait de bien vouloir lui laisser son cheval pour pouvoir lui montrer ce qu'il attendait, ce qu'il fallait faire pour l'obtenir, justifiant ainsi sa note ipso facto. Lorsque le colonel Margot eut atteint un âge avancé qui ne lui permettait plus de procéder ainsi, il eut la décence de présenter sa démission au Président de la FEI. Voilà un homme qui de part son honnêteté, son intelligence, son humilité et son élégance était bien digne de sa fonction. Rien à voir avec la plupart (je ne dis pas "tous") des juges de dressage à l'heure actuelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait c'est malheureusement une mauvaise direction qui devient lassante ,le dressage par définition , se doit de respecter certains aspects et notamment la légèreté ,la contrainte n'a jamais été un signe de dressage n'oublions jamais de respecter la commissure des lèvres,une main de fer dans un gant de velours ,redonne confiance au cheval rétif ,ceci permet après un travail de patience de produire des figures d'une justesse et d'élègance qui donnent plaisir au couple cavalier cheval , mais également à cet aspect de développement de cette discipline ,qui en est la base !

      Supprimer
    2. Il est grand temps de voir enfin une évolution et de montrer l'exemple, d'arrêter de tolérer un travail équestre fait de contraintes au niveau international. En tant qu'enseignante, j'ai du mal à faire comprendre à mes cavaliers que ce qui est montré au niveau international n'est pas la bonne approche. Nous nous devons, à l'heure du comportementalisme et de la reconnaissance de la douleur animal, de réagir. Un grand nettoyage est nécessaire face à ces juges et autres instances qui se comportent comme ceux du patinage artistique et football (pour ne citer qu'eux). Nous avons "charge d'âmes" avec nos chevaux, nous en sommes responsables et devons, à tout le moins, les protéger et faire en sorte qu'une monte contraignante (quel euphémisme) soit sanctionnée.

      Supprimer
  5. Ne croyez-vous pas que vous faites fausse route ? Le problème n'est pas l'honnêteté des juges quand aux notes qu'ils attribuent, ceci n'est que la résultante.
    le problème est que dans ce monde tout tourne autour du pouvoir, donc du fric. bonne note = tu reviens juger, tu suis le reste des juges, tu seras payé, sinon tu disparaîtras. Voilà. Que ce soit dans le sport ou la politique, aujourd'hui ceux qui ont du pouvoir en font usage. C'est une histoire sociologique.:(

    RépondreSupprimer
  6. Philippe Karl depuis de nombreuses se bat et agit pour cette même cause
    On peut voir sur son site le détail de ses actions : pétitions , conférences , enseignement dans le respect des chevaux et des cavaliers dans le cadre de" l'école de légèreté "qu'il a créée et lire son livre "dérives du dressage moderne " consacré à ce sujet , où il propose des alternatives pertinentes et efficientes
    "http://www.philippe-karl.com/

    RépondreSupprimer
  7. Je soutiens entièrement ce coup de gueule !
    Le dressage est supposé être l'une des plus belles disciplines équestres et pourtant, ce qui était de la danse est devenue une démonstration mécanique ! Le plus triste c'est que cette pourriture s'est répandue jusqu'aux plus bas niveaux où l'on préfère voir des chevaux contraints par la force et l'outillerie plutôt que travaillés avec bon sens...dans le bon sens ! Tristesse.

    RépondreSupprimer
  8. La maltraitance animale doit être sanctionnée et il faut porter plainte contre ces comportements d'un autre âge.

    RépondreSupprimer
  9. Le "dressage" n'est plus qu'un spectacle se rapprochant du cirque avec des cavaliers qui ne sont pas des "dresseurs" mais des gamines incultes, reconnaissables à leurs "pin's", strass et musiques débiles. Se montrer est la règle. Le cheval n'est plus qu'un prétexte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si au moins vous aviez raison... L'équitation de cirque comme celle de Lucien Gruss par exemple a beaucoup à apprendre aux compétiteurs de dressage. Elle est infiniment plus juste.

      Supprimer
    2. C'est bien ça ! Ainsi va le monde vers sa décadence la plus misérable .

      Supprimer
  10. Devoir contraindre un cheval est la preuve de l'incompétence de son cavalier . Le dressage est communion dans la compréhension . La légèreté est l'ultime résultat qui couronne un enseignement réussi .

    RépondreSupprimer