Translate

samedi 29 novembre 2014

Kawa, c'est LA star du salon du cheval

L'oeil fier d'un poney qui ne sera jamais soumis 
Kawa est né cheval de cirque. Il aime se donner en spectacle. C'est même le roi du burlesque. Il ne demande qu'à improviser et l'on ne sait jamais ce qu'il va encore inventer. Plus les spectateurs sont nombreux, plus il se donne. Le poney welsh se grandit, gonfle son encolure, secoue sa crinière, invente un nouveau salut, s'offre une cabriole ou part en coup de cul. "Parfois, il se met au centre de la piste et regarde le public avec jubilation. On dirait un vieil acteur de la comédie française, heureux de recevoir les hommages de la salle", raconte Pascal Sanchez, fondateur du Cirkawa.

Kawa est au salon du cheval. Vous pouvez l'applaudir tous les jours sur la carrière du village des enfants. A 13 heures, il participe ou pas au spectacle des enfants. Tout dépend de sa motivation. "Nous proposons un spectacle participatif avec les enfants, explique Pascal Sanchez. Les enfants apprennent des tours et s'initient aux techniques du cirque avec nos poneys. J'économise un peu Kawa et je le confie moins aux enfants. A seize ans, il est en pleine forme physiquement mais je ne veux pas lui en demander trop.  Je m'adapte à son humeur du jour".

A 16 heures, place à la star. Kawa forme un duo irrésistible avec son partenaire humain pour raconter "La petite histoire du cirque".  Accompagnés d'un acrobate, Pascal et Kawa donnent un petit aperçu du nouveau spectacle qu'ils présenteront en Vendée, dès le mois de juin. Là, ils ont installé une école d'initiation aux arts du cirque avec une cavalerie adaptée et dressée spécifiquement. Au Cirkawa, pas d'animaux sauvages, mais des chevaux, des poneys, des chèvres, des poules, des oies, des moutons. Pas de cage ou de box. Les animaux vivent ensemble sur cinq hectares de terrain.

Kawa initie les enfants aux arts du cirque
C'est la belle vie pour Kawa qui a connu des débuts difficiles. Après un an à faire le poney de club, il était devenu méchant et dangereux. Il mordait et tapait tout enfant, adulte ou poney qui passait à sa portée. Il avait atterri chez un marchand de chevaux qui allait l’envoyer à l’abattoir. C’est là que Pascal Sanchez l’a repéré.

      


« Je cherchais un cheval de spectacle. Martine Bergay, des ballets équestres Lucien Gruss m’avait conseillé de regarder, en premier, l’oeil d’un cheval. C’est dans l’œil que l’on peut détecter une personnalité ».  L’œil du poney welsh disait la rébellion, la fierté, le répondant. « Le marchand m’a montré de beaux chevaux avec des robes magnifiques et des allures de rêve, mais aucun n’a retenu mon attention. Au moment de partir, je remarque un poney dans un paddock au milieu de shetlands. Il se bagarrait et cherchait à dominer les autres. Je demande à l’essayer. Le marchand me dit : - Non, c’est une saloperie. Il part demain-  ».
La star s'asseoit si on lui demande gentiment et avec un double coussin!
       Mais quand le marchand a vu la lueur dans l’œil de Pascal, il s’est ravisé et a invité son client à longer Kawa. « Je l’ai emmené dans la carrière et il m’a tout de suite attaqué. Il se mettait debout devant moi et il cherchait à me mordre. Pourtant, je suis tombé raide dingue de ce délinquant, mon repris de justesse ! »
       En bon maquignon, le professionnel a aussitôt ajouté un zéro au prix du poney mais Pascal n’a jamais regretté son achat. « J’ai démarré le travail de Kawa avec l’aide de Martine Bergay. Il était tellement roublard qu’elle l’appelait le petit c… ! » Martine le reconnaît : « Il a fallu lui expliquer qu’il avait un minimum de conversation à tenir. Être extrêmement vigilant et répondre du tac au tac car il était très rapide pour nous mordre en nous fonçant dessus ! Un jour, il a dit d’accord. Il était prêt à coopérer". 
Une belle histoire entre deux artistes

Je dédicacerai mes livres mercredi et samedi. Je serai mercredi sur le stand du Cirkawa  à partir de 17 h
Depuis son nom est lié à Pascal Sanchez. Il joue les maîtres d'école face aux enfants, détecte des talents, veille sur les autres chevaux et poneys et inspire de nouveaux numéros. Il a même donné son nom à la compagnie, le Cirkawa. 

J'oubliais, la star a posé pour mon livre "Je joue avec mon cheval". 


Aucun commentaire :

Publier un commentaire