Translate

vendredi 7 novembre 2014

Gaspard, c'est le nouveau Crinc Blanc!

J'ai lu d'une traite "Gaspard, l'enfance" de Gilbert de Keyser (éditions Le Monde du Cheval) et déjà, j'attends la suite ("L'adolescence" et "Une vie de rêve").

 Gaspard raconte sa vie de cheval, sa naissance dans les prés, ses premiers mois insouciants, la venue des hommes, la séparation, la castration, les longs voyages en camion, son débourrage, ses premières balades avec des touristes... Écrit avec la simplicité d'un livre pour enfants, "Gaspard" a la justesse d'un manuel d'éthologie. Gilbert de Keyser a réussi le délicat exercice de faire parler un cheval sans mettre trop de pathos. Les enfants, les adolescents et les adultes retrouveront un univers proche de celui de "Crinc Blanc".

Spécialiste des métiers du cheval, Gilbert de Keyser a longtemps été guide de randonnée. Il a encadré des camps de vacances avant de devenir l'interlocuteur privilégié des jeunes en quête d'une orientation professionnelle.

Cette double casquette d'homme de cheval et d'animateur lui donne la proximité pour décrire aux jeunes lecteurs "une vraie vie de cheval".

L'auteur parle des métiers du cheval dans les salons, les colloques... 


Extraits du livre

p 15
"Dans cette vallée, vit un troupeau et on y trouve aussi bien des chevaux castrés que des juments. Par contre, il n'y a qu'un seul étalon. Ce lieu magique ne l'est que pour nous les jeunes ou pour nos mères, car pour les autres adultes, ce n'est qu'un passage, un moment de répit entre deux louages d'été, ou parfois la voie qui mène au grand voyage, celui de la mort."
P 121
"On s'est tous retrouvés, hébétés, sans croire à ce qui nous était arrivé et puis, il a bien fallu vivre. On s'est donc remis à manger. L'herbe était haute et grasse. C'était le mois de mai. Nous étions beaucoup moins énervés, moins agressifs les uns envers les autres. J'avais l'impression que nous étions plus peureux en revanche. Le moindre bruit nous effrayait, comme si on avait perdu notre courage."
P 145
" Vers 8 heures, des gens vinrent nous chercher et nous attachèrent. Ils nous donnèrent à manger et nous laissèrent en plan. Ce ne sera ni la première, ni la dernière fois. On a l'impression que notre karma c'est d'attendre". 

Aucun commentaire :

Publier un commentaire