Translate

jeudi 6 février 2014

Première naissance de l'année au Haras du Paulois

Les antérieurs croisés comme dans le ventre de sa maman
Il ne vit que depuis une heure et déjà, il se met debout. Sa mère le lèche partout et l'aide à trouver sa mamelle. Agnès Grosz, son éleveuse, est très contente car le fils de Quido du Goutier et d'Odessa est grand, bien fait et vigoureux.  C'est un trotteur destiné aux courses. "Il devait être tout plié dans le ventre de sa mère.  Les chevaux de course ont des jambes très fragiles. Par rapport aux chevaux de selle, c'est du verre! On va le laisser quelques jours dans une grande stabulation pour qu'il se redresse sur un lit de paille. Puis, dès qu'il fera beau, il ira au pré quelques heures par jour"
Debout, tout de suite!

Souvent, on reproche aux éleveurs de faire pouliner leurs juments de plus en plus tôt dans la saison. Ne serait-il pas préférable de les faire pouliner au printemps quand il fait meilleur et que l'herbe pousse. Agnès Grosz a ses raisons :
"Cela permet aux juments d'être de nouveau en chaleur tôt dans la saison. Les étalons sont alors moins sollicités et plus fertiles. Un étalon comme Kannan qui saillit 500 juments par an rien qu'en France, sans compter à l'étranger, est moins fertile en fin de saison. De plus, les conditions sanitaires  dans les centres d'insémination sont meilleures qu'en mai ou juin, où il y a trop de juments et de poulains. Enfin, pour les foals, le climat de l'hiver est plus sain qu'au printemps où, souvent, ça se bouscule aux entrées de paddocks faisant de la poussière favorable au développement de maladies respiratoires genre rhodoccose".

Pourtant, des études sur les pur-sang montrent qu'aucun champion ne serait né avant le mois d'avril. Les champions auraient besoin d'être nourris à l'herbe! Or, les pur-sang naissent de plus en plus tôt
afin d' être prêts pour les ventes de yearlings qui ont lieu en août. Selon qu'ils sont nés en janvier ou en mai, ils n'auront pas la même constitution."Je préfère faire naître tôt pour pouvoir les sevrer assez tard, vers sept ou huit mois. C'est beaucoup moins stressant pour les poulains. Il fait beau et ils sont occupés à manger de l'herbe. Les conditions sont optimales pour faciliter le sevrage. Bref, à tous les poins de vue, je privilégie les naissances tôt 
dans la saison".

En le léchant, sa mère le réchauffe
Elle se familiarise avec son odeur
Et maintenant, elle l'invite à venir boire le premier lait le collostrum

Merci à Agnès Grosz du Haras du Paulois pour ses photos

Allez, c'est par là!

 



Aucun commentaire :

Publier un commentaire