Translate

vendredi 28 décembre 2012

Pierre Durand: mon Jappeloup


Comment devient-on un champion envers et contre tous?

A l'occasion de la sortie du film "Jappeloup" qui raconte son histoire, Pierre Durand livre sa version.  A lire absolument avant d'aller voir le film.

 Pierre Durand m'a confiée les raisons de ce livre franc et frondeur. "Cela faisait longtemps que j'avais envie d'écrire. C'était le bon moment car mon père, mon complice venait de décéder. C'est une façon de lui rendre hommage et de rendre hommage à tous les chevaux. Avec le recul d'une vingtaine d'années, je peux révéler quelques anecdotes et montrer combien, il n'y a pas que sur les terrains de concours qu'on vous place des obstacles! La réussite est au bout d'un chemin initiatique parfois douloureux et risqué. J'ai du me battre. Quand on est compétiteur, on aime se battre. Mais le combat n'a pas toujours été loyal..."

Le champion olympique raconte sa relation intense avec Jappeloup. Il évoque également ses relations houleuses avec l'entraîneur Marcel Rozier. Il confie le cauchemar de cinq  années passées à la tête de la fédération française d'équitation. Un livre franc et édifiant!

Voici quelques morceaux choisis:

p 30 et 31

"Avec mes chevaux dénués de tout pedigree, je fais face sans difficulté à ces hobereaux aussi engoncés dans leur veste rouge que dans leurs traditions... Ma motivation est renforcée par le dédain, voire l'hostilité dont je suis l'objet. Je serai champion pour leur clouer le bec..."

p 52 et 53
"J'ai entrepris de me livrer à une forme de préparation mentale qui m'est assez personnelle... Je me projetais dans la compétition qui m'attendait. Je m'imaginais franchissant les obstacles avec facilité, me jouant des embuches du parcours avec aisance et naturel. J'en étais presque à mimer mon attitude à cheval, à accompagner ma monture dans ses sauts".

p 62
"De près, je le trouve toujours aussi ingrat. Et puis, quand je suis sur son dos, je ne ressens rien. Il est dégingandé et se déplace à la façon chaloupée des trotteurs. Un peu dilettante avec ça!"

p 64
"On a vu histoire d'amour démarrer sous de meilleurs auspices. Pourtant Jappeloup ne me laisse plus indifférent et j'ai l'impression qu'il se dégage de ce petit modèle une énergie incroyable: lors de notre balade, j'avais l'impression d'être assis sur une bombe à retardement". 


p 65
"Premier constat, Jappeloup est étonnamment respectueux des obstacles: il s'applique à ne pas les toucher. Je comprendrai plus tard qu'il en a peur..."

p 146
"L'autre mérite de cette préparation axée sur la construction d'une condition physique irréprochable est de libérer mon cheval des exercices répétitifs en manège ou en carrière, toujours fastidieux. Son moral n'en est donc que meilleur".

p 147
"Jappeloup se retrouve au pré chaque jour, durant un laps de temps minimum de deux heures, qu'il pleuve ou qu'il vente".

p 150
"Je veux tout connaitre de son fonctionnement, de ses réactions, de ses frayeurs. Entrer dans sa tête. Être son camarade de jeu. Par ce choix, je tourne le dos à ce qui m'a été enseigné jusqu'alors : dominer le cheval par l'autorité, voire la peur".

p 242
"Nous sommes enfin en harmonie après huit années à se chercher, à se chamailler, à se provoquer. Cela relève de l'alchimie... Jappeloup est mon alter ego".
Lire aussi les blogs
 Jappeloup: toutes les scènes ont été dessinées


Aucun commentaire :

Publier un commentaire