Translate

lundi 1 mars 2021

Le cheval est nécessaire à notre vie ultra connectée


 Dans son dernier livre "Le cheval, c'est l'avenir", Jean-Louis Gouraud s'insurge contre les animalistes qui "sous prétexte de protection et de bien-être vont jusqu'à préconiser la rupture totale du lien  qui unit l'homme et le cheval depuis cinq millénaires au moins". Bien au contraire, le cheval n'est ni fini, ni démodé, ni condamné. Il est notre salut!

Voilà  10 raisons qui montrent combien  l'homme a besoin du cheval :

  1. La révolution informatique entraine une augmentation de la solitude que l'humain comble avec de vraies connexions avec les chevaux.
  2. 80% des gens vivent en ville et perdent le contact ave leur nature profonde. Ils ont besoin de ressentir leur appartenance au monde vivant, à la nature, à la terre, au cosmos. Pour cela, il y a mieux encore que les arbres : il y a les chevaux.
  3. Les chevaux nous permettent de renouer avec notre propre animalité, et en même temps améliorer notre perception et notre intégration au monde auquel nous appartenons.
  4. Ils agissent sur le mal-être des hommes et les consolent de leurs petits malheurs.
  5. Ce sont des thérapeutes qui ont fait leurs preuves. 
  6. Ce sont de patients compagnons de jeu et de travail.
  7. Hypersensibles, ils font office de guides nous obligeant à porter comme eux un regard attentif sur le monde qui nous entoure. 
  8. Plus on sera urbanisé, mécanisé, informatisé, plus le cheval sera indispensable car il sera notre dernier contact avec la vraie nature. 
  9. Ils sont nécessaires à la biodiversité. De la même façon qu'il faut planter des arbres, il faut réintroduire des chevaux dans la campagne. Et, au besoin, dans la ville. 
  10. Parce que l'équitation favorise la sagesse et que la lenteur du déplacement est propice à la réflexion. 
Pour en savoir plus et alimenter votre réflexion sur la place du cheval dans notre société, lisez le manifeste de Jean-Louis Gouraud, écrivain voyageur, cavalier, éditeur mais aussi curieux et véritable amoureux des chevaux. En 80 pages, il fait le tour de la question et nous donne une irrésistible envie de passer encore plus de temps avec les chevaux. "Le cheval, c'est l'avenir" éditions Actes Sud. Prix : 8 euros.

A suivre: Le cheval a besoin de l'homme 

lundi 1 février 2021

Les chevaux aussi ont besoin de contacts!

Les chevaux sont de grands communicants


Les chevaux sont des êtres sociaux. Comme nous, ils ont besoin de contacts physiques. Rester confinés dans leurs box ne leur suffit pas. Témoins ces deux chevaux des écuries de la Flouquette. A peine lâchés dans leurs paddocks respectifs, les voilà qui se sentent, se touchent, se lèchent... Ce faisant, ils évacuent leurs tensions, gèrent leur stress, dialoguent, se reconnectent avec leurs émotions, ont la sensation d'être compris et acceptés, vivent en pleine conscience le moment présent, éloignent leurs peurs, stimulent leur immunité... bref leurs câlins sont d'une vitale nécessité! Si vous voyez ce que je veux dire en ces temps de distanciation...


 

samedi 23 janvier 2021

Amusez-vous, amusez-les!

 Monter de façon ludique plaît aux chevaux et relâche les cavaliers. C'est le thème de mon dernier article paru dans Cheval Magazine (février). L'idée m'a été soufflée par Mathieu Noirot, mon coach, qui souvent me dit "Joue avec ton cheval. Va avec!" Il a tellement raison. Et de me demander de monter à l'instinct en développant mon intuition. Un lâcher prise que Mathieu Noirot facilite en mettant en place des parcours ludiques avec des transitions, des barres au sol, des petits directionnels, des sauts de puce... "Le jeu fait appel à nos sens et permet de libérer les crispations. Le cavalier se met à l'écoute de ses sensations et de celles du cheval. On va vers plus de fluidité", assure le patron des Ecuries de la Flouquette (33).

Démonstration avec Lisa et sa très bonne Une.

"Par le jeu, le cheval apprend à aimer les exercices!" Mathieu Noirot

Des barres au sol pour installer les bons réflexes

Le cheval sait que l'on peut à n'importe quel moment lui demander quelquechose

Lire mon article dans le dernier Cheval Magazine