Translate

mercredi 30 décembre 2020

CSO : le long chemin de princesse Diana, ma jument "crocodile"

 

Zen un jour, grincheuse le lendemain, l'humeur des juments varie... 

Je voulais une jument avec du sang pour qu'elle m'emmène sur les obstacles. Gagné! Diana du Grasset a du sang mais aussi, du caractère. Avec les tempêtes de cette dernière semaine, impossible d'aller en forêt et il a fallu travailler dans le manège. Tourner en rond, ce n'est pas la tasse de thé de Diana! J'ai même cru qu'elle avait mal quelque part. Ou bien c'était ses humeurs! J'avais l'impression de monter un vieux poney de club buté. Impossible de partir au galop, pas de réponse aux jambes et oreilles désespérément couchées en arrière qui lui ont valu le surnom de "Crocodile". 

Ma princesse était mal lunée et en chaleur, de surcroit! Moi qui croyais que les chaleurs étaient déclenchées par la lumière. Pas pour Diana qui a choisi la période où les jours sont les plus courts et bien gris. J'aurai pu m'imposer! J'ai bien une cravache mais il parait que je manque un peu de conviction. En fait, j'ai peur de ses réactions. Elle passe de la zénitude la plus absolue au bouillonnement d'une Formule 1. Tout de même, je n'ai pas lâché. Enfin, j'ai biaisé! Profitant d'une éclaircie, je suis allée dans la carrière, puis dans les prés et... je suis revenue dans le manège avec un objectif "impitoyable" : faire un tour complet au galop! Mission accomplie sans problème, preuve que j'ai bien fait de ne pas m'incliner. 

Oui, l'équitation est un sport difficile, avec des hauts et des bas. Sans cesse, il faut revenir aux bases, trouver des solutions, chercher à comprendre, travailler sur soi-même... Le chemin est long mais le plaisir infini.  Pour preuve, la vidéo du lendemain. Le crocodile vole! Diana enlève une foulée dans ligne sans aucun problème. Avec quelques coups de cul espiègles en prime! Un amour de jument...




Merci à mon coach Mathieu Noirot, le patron des écuries de la Flouquette.


Aucun commentaire :

Publier un commentaire