Translate

lundi 2 novembre 2020

Lisez Racinet et recherchez la légèreté




467 pages pour tenter d'approcher l'art complexe de monter à cheval.  Voilà de quoi nous occuper pendant le confinement! "De la légèreté avant toute chose" est un recueil de textes de Jean-Claude Racinet (1929-2009) présentés et choisis par l'éditeur Jean-Louis Gouraud aux éditions Actes Sud. 

Ancien militaire, enseignant et chroniqueur, Jean-Claude Racinet a voué sa vie à "L'équitation de légèreté" à la française qu'il a défendue aux Etats-Unis jusqu'à sa mort. Bauchériste "deuxième manière", il s'est aussi beaucoup enrichi de ses entretiens avec Dominique Giniaux, fondateur de l'ostéopathie équine. .... Ces textes vont de la technique pure aux grandes idées. 

Témoins d'une époque, ils sont justes, bien observés et souvent truculents. Pour preuves, ces morceaux choisis:

p 30 : "Les grands champions sont des gens qui, d'abord, montent bien à cheval tout court, et ont un sentiment de l'équilibre au moins aussi aigu que celui de la foulée. Décontractés, ils ont des chevaux décontractés, donc équilibrés. Calmes, ils ont des chevaux calmes, donc concentrés". 

p 107 : "La légèreté est aussi et d'abord nécessaire au CSO... La plupart des chevaux de dressage actuels seraient incapables de sauter une barre, non parce que le dressage les a musclés dans un sens antagoniste, mais parce que leur équilibre est insuffisant, ce qui est quand même un comble!"

p 154 : "Les tourments du cheval sont infinis. Ils vont du simple inconfort (filet trop large, mal ajusté; presque toujours trop court, parfois trop long, ce qui est pis; bride qui cogne sur les crochets; cavalier lourdement assis au milieu du dos et qui gigote; éperon qui vient frapper à chaque pas et en cadence, de pauvres flancs que l'on voit se contracter sous la morsure) à la véritable séance de torture quotidienne organisée..."

p 442 : "Une grande notion de dressage, c'est la porte de sortie. Il faut toujours laisser une porte de sortie au cheval... Le cheval cherche et quand il trouve, il est très, très heureux..."




Aucun commentaire :

Publier un commentaire