Translate

vendredi 1 mai 2020

L'indispensable congruence avec Valérie Calvet Bataille

Les chevaux sont de formidables guides de développement personnel
Avec un cheval, c’est très qu’important d’être bien aligné entre ce que l’on dit, ce que l’on pense et ce que l’on est. C'est le thème de mon article dans le dernier Cheval Pratique.

Penser ce que l’on dit, dire ce que l’on fait et faire ce que l’on dit, cela parait évident. Il s’agit de bien aligner ce que nous ressentons et les actions que nous menons, les idées que nous avons et les paroles que nous formons. Voilà la base de tout travail de développement personnel. C’est simple ! Ce n’est pas facile pour autant. Surtout avec un cheval ! Car nous sommes complexes. Nous sommes plein de contradictions, de doutes, d’hésitations. Nous avons des failles et des faiblesses.

Dans cet article, je vous raconte mes expériences personnelles. Je vous donne des conseils et j'interview Valérie Calvet Bataille. Equicoach et hypno-thérapeute, elle propose de « développer son savoir-être » grâce au coaching assisté par le cheval. Elle offre des accompagnements en groupe (stage pour les entreprises) ou en individuel à l’Académie Vallier, à Parempuyre près de Bordeaux. 

Un extrait pour vous donner envie de la lire en intégralité:

- Pourquoi c’est important d’être aligné face à un cheval ?

- Il faut une cohérence entre la communication verbale (7 à 10% de notre communication) et la communication non verbale (le ton, les gestes, les mimiques, soit 38 à 40% de la communication). Les 50% restants sont constitués de communication non verbale sensorielle, des ondes énergétiques que l’on émet et que l’on perçoit d’un individu à l’autre. Dans notre société, on fait l’impasse sur cette communication. Si l’on est congruent, aucun problème ! Dans le cas contraire, notre verbal (notre vitrine en quelque sorte) ne correspond pas aux ondes que l’on émet.

- Les chevaux réagissent à cette incohérence !

- En effet ! Ils ont une perception aigue de notre état intérieur. Ils captent instantanément nos émotions car elles se traduisent par une accélération cardiaque, une bouffée de chaleur, un changement de la tension artérielle… Toutes ces réactions physiques, le cheval les perçoit. Par exemple, il perçoit si son cavalier a peur. Si ce dernier accepte sa peur, il est congruent. Il peut même la confier à son cheval qui va se montrer prévenant. Si au contraire, le cavalier serre les dents et sourit, le cheval ressent cette incongruence. Pour lui, il y a danger. Il va s’inquiéter et réagir...

Lire la suite dans Cheval Pratique de Mai. En vente uniquement par Internet pour le moment. Prix : 2,29 euros 





Aucun commentaire :

Publier un commentaire