Translate

samedi 11 janvier 2020

Les chevaux ont des sentiments! Deuxième partie : l'amour

L'amour, le père Siniakov en donne et en reçoit ... 
Difficile de mesurer les sentiments exacts des chevaux. Mais le cavalier qui aime son cheval et lui consacre du temps sait très bien qu’il existe, entre eux,  un lien particulier. Et si c’était de l’amour?
On a tous envie de se faire aimer de son cheval. On rêve qu’il nous suive comme un petit chien en liberté dans la prairie, qu’il devine nos pensées, devance nos désirs et s’éclate avec nous. Mais comment savoir s’il nous aime ? Est-ce nous qu’il aime ou la nourriture que nous lui apportons?  Et si on s’autorisait à écouter nos sensations ?  
Entrons dans son box, restons longtemps auprès de lui. S’intéresse-t-il à nous ? Tourne-t-il la tête vers nous? Se sent-il en confiance ? Pouvons-nous caresser toutes les parties de son corps sans qu’il se contracte ? Bien sûr, l’amitié est plus difficile à obtenir quand le cheval vit en semi liberté avec d’autres chevaux. Il s’ennuie moins et a moins besoin de notre présence. Mais si on va lui rendre visite et qu’il vient vers nous, juste pour nous dire bonjour. C’est gagné !  Déjà, s'il se laisse approcher et nous tolère à ses côtés, un grand pas est franchi. 
Au box, si le cheval fait mine de vous mordiller ou de voler votre brosse ou votre mouchoir, surtout ne le grondez pas. Ce sont des signes d’affection. Apprenez lui seulement à ne pas mordiller car vous n’avez pas l’épaisseur de peau d’un autre cheval. Il suffit de lui dire « non ! » d’un ton sec. Inutile de le taper ; Dites « oui » quand il se contente de vous lécher, « non » quand il mordille. Il va très vite comprendre la différence ! 
Enfin, un cheval qui vous apprécie, accueillera généralement votre arrivée par un petit ronflement discret. Surtout, il vous attendra en cas de chute au lieu de partir à l’autre bout de la carrière ou de la forêt. Il vous regarde déconfit, l'air de dire : "mais qu'est-ce que tu fais par terre!". Encore un signe, osons le dire, qu'il vous aime! 

Prochain article : la haine
Pour lire l'article n°1



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire