Translate

vendredi 24 janvier 2020

Les chevaux ont des sentiments. 6ème partie : la colère


Entre colère et panique
Le cheval est un animal pacifique. Mais il peut parfois réagir vivement à une provocation ou à une frustration. Avant de manifester cette colère, il envoie des signaux. 
Si votre cheval couche ses oreilles en arrière, méfiez vous, il risque de mordre ou de taper. Lorsqu’il se grandit, encolure haute, queue sortie, muscles tendus, il est prêt à … l’attaque ! Celui qui se soumet se fait, au contraire, le plus petit possible, encolure basse, la queue entre les jambes. 
La plupart du temps, le cheval ne fait qu'intimider l'autre. Sa colère retombe aussi vite qu'elle est montée. 


Quand un cheval fouaille violemment de la queue, il exprime son irritation. C’est le cas lorsque son cavalier le sollicite trop rudement avec ses éperons. 

Il contracte ses muscles et relève la tête, le regard fixe, c’est qu’il est inquiet.  Il peut alors fuir ou faire face en soufflant bruyamment ou en renâclant (sorte de ronflement).

En selle, évitez de mettre votre cheval en colère. Cet état le rend incapable d'apprendre et de comprendre. Faites baisser la pression. Détournez son attention.  Cherchez à identifier ce qui a déclenché sa colère. Une incompréhension? Des ordres contradictoires? Une mauvaise expérience? A vous de trouver ! 









Aucun commentaire :

Publier un commentaire