Translate

vendredi 18 janvier 2019

La leçon de jambes par Nicole Favereau


 
Rien de mieux qu'une leçon de jambes pour mettre son cheval en avant
Inutile de labourer les flancs d’un cheval flegmatique pendant une heure!  Vous allez encore plus l’endormir. Au bout d'un moment, vos jambes vont le bercer sans autre effet. Mieux vaut être clair dès le début de la séance. La championne de dressage Nicole Favereau n'hésite pas une seconde. Même avec Ginsengue, sa jument de Grand Prix, il lui arrive de donner une leçon de jambes. Elle n'utilise pas le stick qu'elle réserve pour d'autres indications. En filet et sans éperons, elle fait une pression de jambes en desserrant les doigts sur les rênes. Si son cheval ne répond pas, elle recommence avec le gras du mollet. Toujours pas de réponse ? Elle serre la cheville et enfin le talon. S’il ne réagit toujours pas, elle donne un vrai coup de talon, (on peut aussi donner un petit coup de cravache sur le flanc, derrière la botte). L'important est d’accompagner la bouche et de mollir dans les mains pour laisser passer le mouvement en avant.
 En général, cette leçon suffit à stimuler le cheval. Attention de ne pas tout gâcher en bloquant le cheval dans son mouvement vers l’avant par des mains trop sévères. N’oubliez pas : c’est une leçon, pas une punition. Le cheval doit établir une corrélation entre l’action de jambes brève et rapide et le mouvement en avant.
Démonstration de Nicole Favereau, la championne de dressage
Pour en savoir plus, lisez mon article dans Cheval Pratique de janvier : "Nicole Favereau se lance dans le e-coaching". La championne de dressage donne des conseils et propose des exercices personnalisés en ligne.
Lien pour le site de Nicole Favereau E-Riding Solutions

lundi 14 janvier 2019

Les 10 règles d'or de l'éducation positive

Rendre les séances intéressantes pour eux
Pour progresser avec son cheval, l'important c'est la motivation! Comment lui donner l'envie? Envie de se porter en avant, envie de sauter, de travailler, de rester à nos côtés, de partir en concours... L'éducation positive consiste à encourager les bons comportements et créer une vraie relation. Simple et efficace! C'est le sujet de mon dernier article dans Cheval Pratique de janvier avec une interview de Pascal Sanchez, fondateur du Cirkawa, compagnie de cirque équestre basée en Vendée.

  1. Soyez souriant. Créez une atmosphère joyeuse.
  2. N'hésitez pas à dire merci à votre cheval.
  3. Laissez-lui e droit de se tromper. L'erreur constitue une opportunité d'apprentissage.
  4. Rendez-le autonome.
  5. Montrez-vous créatif. Étonnez-le.
  6. Encouragez, félicitez, récompensez.
  7. Décomposez. Validez chaque étape avant de passer à la suivante.
  8. Restez à son écoute, connecté à lui.
  9. Appuyez-vous sur ses points forts.
  10. Acceptez de travaillez sur vous-même en tant que cavalier. 
A découvrir dans Cheval Pratique

N°346 - Janvier 2019

mardi 8 janvier 2019

Elodie, premiers galops à 2 ans et demi

Oui, on peut commencer à monter à poney dès l'âge de deux et demi et même avant! Voici ma fille Elodie qui fait ses débuts sur Tulco. C'était en juin 1992, autant dire hier! Dans un prochain article, je vous emmènerai près de Poitiers suivre l'évolution de ces bébés cavaliers au poney-club de la forêt de la Moulière.


Le grand moment de la distribution des poneys dans le bureau de Corine

Le shetland, meilleur ami des petits

Il les aide à grandir