Translate

lundi 9 octobre 2017

Bonnes affaires : une nouvelle vie pour les livres anciens

Philippe Deblaise sort les livres anciens de l'ombre
Spécialisé en littérature équestre ancienne, Philippe Deblaise a vu s'accumuler sur les rayons de sa librairie, une "population de reliures indigentes". "Silencieuses et peu exigeantes, elles se nourrissent principalement de poussière, note-il, mais leurs craquements et leurs bâillements trahissent parfois l'ennui... au fond elles se languissent... elles attendent patiemment qu'une main se tende pour s'en saisir et par ce simple geste, leur redonne la vie".

C'est ce que cet amoureux des livres s'est décidé à faire avec douze ouvrages parmi les plus importants du XVIII ème siècle. Il les a confiés à relier ou à restaurer au maître Benoît Dressayre. "Toilettés, dotés d'une reliure en cuir de la meilleure qualité, voilà des textes de références proposés à des prix abordables pour leur éviter de rester dans l'ombre". Car, oui, selon Philippe Deblaise, les livres ont besoin de vivre. De plaire et de faire plaisir, ils se pâment. Ils ne cherchent qu'à trouver place dans une belle bibliothèque et blanchir les nuits de leurs nouveaux propriétaires!

Le dernier catalogue de la librairie vient de sortir
Parmi les douze livres, citons "La science et l'Art de l'Equitation, Démontrés d'après la Nature" de Dupaty de Clam, un texte de 1777, bien dans l'esprit des Lumières, le premier à envisager l'équitation de façon scientifique  avec des masses, des reports de masses... Avec ses jolies planches, il ravira les amateurs de mécanique, de géométrie, de physique et d'anatomie.

Autre curiosité : "Nouveau régime pour les Haras" de Lafont-Pouloti, unique édition de ce texte fondamental sur l'histoire de l'élevage en France et les pistes préconisées pour l'amélioration des races. "Ce livre dessine un panorama de l'élevage en France, deux ans avant la révolution, explique Philippe Deblaise, et montre bien le perpétuel besoin stratégique des français d'améliorer les chevaux et le retard pris à cause des guerres avec leurs cortèges de réquisitions et d'un état sanitaire déplorable". 

"L'art du Manège Pris dans ses Vrais Principes" par le Baron de Sind (1774) donne une idée de la façon dont on traitait les principales maladies. Complet et parfaitement restauré, le voilà reparti pour aborder les siècles à venir en toute... sérénité!

Lien pour découvrir le catalogue n°58

Aucun commentaire :

Publier un commentaire