Translate

mercredi 30 novembre 2016

Livres anciens équestres : les dernières trouvailles de Philippe Deblaise

100 idées de cadeaux pour les passionnés de chevaux
 Amoureux des livres équestres, Philippe Deblaise traque sans relâche le manuscrit rare, ancien, complet et si possible ayant appartenu à une bibliothèque prestigieuse. Quand enfin, miracle, il déniche l’ouvrage tant désiré, ses yeux brillent. Comme à chaque fois, il se laisse envahir par l’émotion de manipuler un trésor. Et de s’extasier « Toujours là dans son intégrité, il est encore prêt à remplir les fonctions pour lesquelles il a été créé voilà plusieurs siècles ». Dans son nouveau catalogue (cliquez pour le lire), le libraire est fier de proposer ses dernières trouvailles. 

Philippe Deblaise traque  les livres introuvables
Acquis dans les ventes aux enchères des quatre coins du monde, dénichés au gré d’une succession ou par son réseau de collectionneurs, chinés dans les librairie spécialisée et parfois les brocantes, ou encore découverts sur les sites spécialisés, les livres anciens y côtoient  des dessins originaux, des mors, des étriers. Les pépites de cet inlassable chercheur  démarrent à 160 euros pour un étrier à grille du XVIII  pour atteindre les 16 000 euros avec « L’art de monter à cheval » de Johann Elias Ridinger. « C’est tellement rare de trouver cet ouvrage complet avec ses 22 planches, car à l’époque de leur sortie, ces estampes furent vendues en feuilles afin d’être encadrées », explique Philippe Deblaise.
Très belle planche de Ridinger dans un ouvrage très rare

Parmi ses dernières découvertes, les dessins originaux représentant des scènes équestres comiques de Raymond de la Nezière, la deuxième édition de « Méthode et invention nouvelle de dresser les chevaux » de Newcastle (1737), un catalogue de voitures hippomobiles,  une adorable aquarelle de Maurice Feuillet datant de 1912 représentant une élégante donnant un sucre à son cheval…
Une aquarelle du peintre, dessinateur et journaliste, Maurice Feuillet

Unique libraire en ancien spécialisé équestre en France et sans doute dans le monde, Philippe Deblaise contribue aux collections de ses clients en Belgique, aux Emirats, en Amérique, en Europe de l’est. Il connaît chaque collectionneur, ses désirs, ses rêves aussi. Parfois, il retrouve un livre déjà passé entre ses mains, des années auparavant. "Les livres vont et viennent, raconte Philippe Deblaise. Il m'arrive souvent de racheter les livres que j'ai vendus au prix où je les ai cédés. La plupart du temps, je sais à qui les proposer".

Sa vocation est née de sa passion pour l’élevage. « Eleveur de pur-sang arabes à Gémozac en Charente-Maritime, je me suis mis à acheter des livres sur l’élevage, puis sur les soins, la médecine vétérinaire… Très vite, j’ai attrapé le virus. Pour pouvoir acquérir  nouveaux livres, il fallait que j’en vende.  Je suis passé professionnel en l’an 2000 ».
Les aventures d'un livre. Palpitant!

En parallèle, Philippe Deblaise écrit des romans sur … les chevaux bien évidemment. Son livre « Gaspard des chevaux » (éditions Le Rocher) a obtenu le prix Pegase. Dans « Nouvelles d’un livre » (Chez Acte Sud), il raconte  les passages de main en main d’un livre vieux de plus de 400 ans et l’origine des traces laissées par chacun de ses possesseurs. L’auteur fait défiler des générations de cavaliers et nous donne l’occasion de croiser un imprimeur la nuit de la Saint Bartelemy, François de la Guérinière, Laurent Franconi, des militaires, un curé, une résistante… Le livre n’est plus un objet mais bien un compagnon, un témoin, un ami.


Prochain article :  les 5 conseils de Philippe Deblaise pour acheter un livre ancien

Lien pour visiter sa librairie Philippica Antiques

Aucun commentaire :

Publier un commentaire