Translate

jeudi 15 septembre 2016

Journée du cheval : 15 bonnes raisons d'inscrire votre enfant au centre équestre

Les bienfaits psychologiques de l''équitation 
C'est la journée du cheval ce dimanche 18 septembre. Les clubs ouvrent leurs portes, proposent des essais, prennent les inscriptions. Si votre enfant vous supplie de faire du poney, si votre ado a les nerfs à fleur de peau, offrez leur des leçons d'équitation.  C'est le sport le plus beau, le plus bénéfique, le plus noble, le plus.... Et il développe des qualités qui seront utiles pour ses études et plus tard pour sa vie professionnelle. 



  1. L'équitation se pratique le plus souvent à l'extérieur.  Le voir passer l’après midi affalé devant la télé à se goinfrer de gâteaux ne sera plus qu’un lointain souvenir! Quelle que soit la météo, il sera si passionné qu'il va se débrouiller pour organiser son travail scolaire et se libérer pour sa reprise. Qu’il pleuve ou qu’il vente, le cheval a besoin de sortir de son box! Grâce à lui, le cavalier bouge. Cette fatigue physique est excellente. Elle permet d’évacuer le stress de la semaine et de se sentir mieux.
  2. Le cheval oblige l'enfant à être vrai. Avec lui, pas question de se la jouer! Pas besoin de revêtir toute la panoplie dernier cri pour être reconnu. Le cheval le voit tel qu'il est.  Il l'accueille sans le juger sur son apparence. Finis les complexes ! Plus de nez trop grand, de taille trop petite ou de kilos en trop ! Le cheval ou le poney l'aide à mieux s'aimer. La seule chose qu’il demande, c’est le respect.  
  3. Il donne confiance. Pas évident de contrôler un animal de 400 ou 500 kilos. Avec de la technique, de la patience et une bonne compréhension de son cheval, le jeune cavalier va y arriver!  Le simple fait de maîtriser cet animal plus costaud et plus rapide que lui va renforcer son estime de soi. Il va acquérir une autonomie incroyable. 
  4. La modestie, il enseigne. Le bon résultat d’un jour peut être remis en question le lendemain ou avec une autre monture. Même les pros ont des difficultés ! Et puis, un cheval reste un animal imprévisible. On n’est jamais sûr de rien ! En résumé, le cavalier prend confiance en lui mais ne fait pas sa star.
  5. Il apprend à contrôler son corps. A cheval, le cavalier apprend à utiliser ses jambes, son assiette, son dos, ses mains, ses épaules. Le sacro saint principe de l’indépendance des aides (mains sans jambe, jambes sans mains) exige une sacrée maîtrise. En plus, il faut tenir son dos.. L'équitation développe la souplesse et travaille l' équilibre. 
  6. Il oblige au calme. Le cheval ressent tout. C’est une véritable « éponge à émotions ».  Si son cavalier est stressé, il risque de s’exciter. S'il est calme, il reste tranquille.  A cheval, on oublie tous ses problèmes.  On apprends à être zen.  Le cheval fait un vrai travail de professeur de yoga.
  7. Il développe le sens des responsabilités : Le jeune cavalier apprend à accepter et à subir les conséquences de ses actes parce que c’est un sport dangereux. Impossible de faire n’importe quoi ! Il faut respecter un certain nombre de règles : monter avec un casque, maintenir tes distances… Une fois la séance terminée, chacun s’occupe de son cheval.  Dépendant entièrement de l’homme, ce dernier est prioritaire ! 
    Les bienfaits du sport
  8. Il permet de surmonter ses peurs. La peur, tous les cavaliers la connaissent un jour ou l’autre. C’est normal d’avoir peur de se faire mal, peur de l’inconnu, peur d’abîmer le cheval, de mal faire, de décevoir… Chacun apprend à maîtriser sa peur. Pour la surmonter réellement, il faut y aller progressivement. Étape près étape. 
  9. Il enseigne la rigueur. L’équitation est un sport exigeant. Les progrès sont lents et peuvent être remis en question selon le cheval monté ou l’exercice à exécuter. C’est une école de rigueur et de persévérance. Impossible de brûler les étapes. Et l’on ne peut pas se contenter d’à peu près.  Il faut être précis, tenace et patient. De plus, l’équitation développe la concentration. Une seconde d’inattention et le cheval te vole le coin ! Un dixième de seconde et il rate l’obstacle !
  10. L'écoute. L’équitation se pratique dans le respect et nécessite une bonne communication avec son cheval. Chaque cavalier tente de construire avec son cheval une relation riche et complice. Fini le temps où l’on se contentait de dominer son cheval, par tous les moyens, la force comprise. L’équitation devient un échange et développe ainsi le sens de l’écoute et la capacité de persuader. 
  11. L’esprit d’équipe. Même si l’équitation est un sport solitaire, il se pratique le plus souvent collectivement. D’ailleurs, c’est un excellent moyen de se faire des amis. Le cheval est un bon intermédiaire lorsqu’on est timide ou que l’on a du mal à aller vers les autres.
  12. L’équitation est un sport. La compétition peut être pratiquée à tous les niveaux. Elle permet de se mesurer aux autres et sert de moteur pour progresser.  Elle permet de prendre confiance en soi, apprendre à gérer son stress et celui du cheval et à accepter l’échec.
  13. L'envie d'apprendre. L'équitation donne envie de tout savoir sur le cheval, sa vie, sa psychologie, les différentes techniques... Pour passer ses Galops, l'enfant va se mettre à lire et à retenir. C'est bien connu, plus on apprend et plus on a envie d'apprendre. 
  14. Il développe les qualités d’adaptation. Selon que l'on travaille en carrière, en manège ou en extérieur, les chevaux sont plus ou moins vifs.  Au début, le cavalier passe d’une discipline  à l’autre (dressage, CSO, voltige, western, horse ball…) avant de se spécialiser. Il faut s'adapter à l’humeur de son cheval. Lui aussi a une personnalité. Il a le droit d’être fatigué, peu enthousiaste ou au contraire gai et joueur. 
  15. Il rapproche de la nature, de l'animal, des saisons... et déconnecte complètement du reste. 
Bref, l'équitation est une vraie école de la vie!


Aucun commentaire :

Publier un commentaire