Translate

dimanche 31 juillet 2016

Crin Blanc, le meilleur guide pour découvrir la Camargue

Sorti en 1953, "Crin-Blanc"a fasciné des générations de cavaliers. Sauvage et libre, le petit étalon blanc a bercé nos rêves d'enfant. Immortel, il incarne la liberté, la nature sauvage. Il est le compagnon idéal et préfigure le "cheval-ami".  "Crin-Blanc est libre. Il ne transporte Folco que parce qu'il le veut bien, écrit Sylvie Brunel, géographe,  cavalière passionnée qui consacre un livre à "Crin-Blanc" (co-signé par Florian Colomb de Daunant et édité par Actes Sud). Quand les gardians veulent leur imposer leur loi, tous deux préfèrent se volatiliser dans les flots plutôt que de renoncer à leurs rêves" poursuit Sylvie Brunel qui reconnaît que le film a fait naître en elle "cet amour des chevaux qui change à jamais une vie".

 Si vous avez la chance de passer vos vacances en Camargue,  regardez quelques images du film et prenez ce livre pour guide. lllustré de superbes photos en noir et blanc, joliment mis en page, il nous plonge dans la culture d'un peuple équestre qui savoure son privilège de vivre avec les chevaux. "Ici, l'amour des chevaux et des taureaux est décliné de façon impérieuse et passionnée, écrit Sylvie Brunel. La codification très précise de la chevalerie gardiane exige un matériel équestre spécifique, lourde selle au siège très enveloppant, héritière de la selle d'armes française, étriers cages presque identiques à ceux des écuyers de la cour du Roi-soleil, et puis ce trident que la Nation gardienne n'autorise pas les femmes à porter".


Crin-Blanc a bercé plusieurs générations d'enfant
Le cheval de Camargue a conquis ses lettres de noblesse. Rustique, docile et maniable, il est le parfait compagnon des cavaliers de loisir."Volontaire, il se dévoue jusqu'au bout de ses forces à celui qui sait le respecter" dit Sylvie Brunel.

Amoureuse de la Camargue, hôte envoûtée du mas de Cacharel (là où a été tourné le film) , Sylvie Brunel s'inquiète de l'avenir de cette région d'étangs et de tamaris roses.  Patiemment repoussés par les hommes pendant des décennies, le sel et la mer gagnent du terrain. Le changement climatique provoque une élévation de la Méditerranée. De plus, de nombreux éleveurs, saliniers et agriculteurs doivent renoncer à leurs territoires.

Un film sorti en 1953
 "Que vont devenir les chevaux si les terres ne sont plus déssalinisées par les riziculteurs? " s'interroge Sylvie Brunel. Deviendront-ils, à l'instar des gitans, des vestiges indispensables au folklore mais indésirables?

Lien vers la présentation du livre par l'éditeur Actes Sud

Lien pour voir quelques images de "Crin-Blanc"

PS: le mas Cacharel où a été tourné le film est devenu un hôtel plein de charme, situé dans une réserve naturelle aux Saintes-Marie-de-la-Mer

jeudi 14 juillet 2016

La femme Chaussette et ses chevaux à Audenge

La femme Chaussette aime les chevaux en liberté, les belles histoires et les tresses
Elle s'appelle Mathilde mais tout le monde la connait sous le nom de la Femme Chaussette. "Je cherchais un nom qui pète et qui évoque les vieux cirques" raconte-elle. A Audenge (33), elle a ouvert la saison des festivités avec ses trois artistes, Vizir le Mérens, Djazz le shetland et Vago le lusitanien. "Ils vivent en troupeau dans un pré à Biganos, explique-t-elle. C'est très important pour moi qu'ils aient une vraie vie de cheval, libres et dehors".  La jeune femme raconte des histoires et propose des numéros montés ou en liberté mais toujours sans selle ni mors. "Je recherche l'adhésion du cheval. Je ne le force jamais. Je propose et j'augmente progressivement mes demandes en restant éthiquement juste. Je m'adapte à chacun".
Vizir, un merens tranquille mais volontaire

Avec Vizir, le merens, Mathilde a besoin de mettre beaucoup d'énergie. "C'est un flemmard très gentil. Il fait tout mais à deux à l'heure, à son rythme! Je dois sans cesse le réveiller". Djazz, le shetland palonimo n'a que trois ans et demi mais beaucoup de caractère. Entier, il aime jouer et doit sans cesse être remis gentiment à sa place. Quant à Vago, il est très sensible et doit être rassuré. "Vizir réfléchit puis, fait... peut-être! Vago fait et après, il réfléchit".
Si elle a commencé à monter à l'âge de six ans et a obtenu son Galop 7, Mathilde se considère comme une autodidacte qui trouve son inspiration sur Facebook. Elle travaille tout en douceur et avec une infinie patience. "Je regarde comment font mes copines. Je visionne quantité de vidéos, je varie les exercices et je ne travaille pas longtemps mais tous les jours."
Répétition avec Vago

Le lusitanien est ultra-connecté

Les débuts du Salut de la reine

Jazz démarre son apprentissage


Le shetland est déjà savant!

Vizir sait tout faire

Mathilde ne monte qu'à cru et en licol (ou side pull)



A la conquête du public du Bassin d'Arcachon

Facétieux, Djazz "cueille" les fleurs en papier pour le plus grand plaisir du public

Un spectacle dans le respect du cheval


Lien vers la page Facebook de la femme Chaussette

vendredi 1 juillet 2016

La récupération du cheval de sport après l'effort

 Le lundi, trop souvent, des chevaux restent "au placard" après un week-end de concours. Sous prétexte de se reposer, ils passent la journée dans leur box. Une aberration pour cet animal génétiquement programmé pour la marche.

Marcher, se rouler, bouger, c'est la meilleure récupération après un effort.
Il ne viendrait l’idée à personne d’enfermer un athlète humain dans une petite cellule vingt trois heures sur vingt quatre et de lui demander de gagner des compétitions sportives. Sans vouloir faire de l’anthropomorphisme, il faut bien reconnaître que personne n’est choqué de voir un athlète cheval confiné  avec des bandes de repos pour éviter l’engorgement des membres !


 N’importe quel sportif a entendu parler de la récupération active. Elle consiste à bouger pour éliminer l’acide lactique accumulée par les muscles lors d’un effort.  Pour un cheval, l’idéal est de marcher. Et pas seulement pour récupérer. Les micro traumatismes de l’activité physique renforcent le squelette. À chaque fois que le cheval pose le pied en se déplaçant, une onde parcourt son corps, favorise la fixation du calcium sur ses os et  renforce le cartilage des articulations. De plus, l’activité entretient les muscles, le cœur et les capacités respiratoires. 
 
Juste après l'effort, le mieux c'est de trotter rênes longues pour faciliter l'évacuation des toxines accumulées dans les muscles. Puis, retour au pas et douche si le temps le permet. Le lendemain,  sortie. On peut faire une balade, le lâcher au paddock, l'emmener brouter...


Thallium, troisième dans la 135 ce week-end apprécie son massage

L'effet d'un palper-rouler
Un bon massage l'aidera également à récupérer sur le plan musculaire, cardiaque et respiratoire. Aurélie Brocard (horse perf) en a même fait sa spécialité. Elle vient dans les écuries de concours pour prodiguer ses soins aux athlètes chevaux. Mise au point par le docteur Philippe Benoit, son appareil permet un massage méthodique, élimine les tensions et procure une grande détente.

On peut aussi masser son cheval soi -même avec ses petites mains. Voir mon post sur le shiatsu. 

Et surtout,  le cheval est un animal par nature nomade. Il a besoin de mouvement! Après un concours, la meilleure récupération, c'est le mouvement!

Les suisses qui sont très en avance en matière de protection animale exigent une sortie journalière de deux heures! L’article 61 est très précis :  « On entend par sortie le fait pour l’animal de se mouvoir librement en plein air en décidant lui-même de son allure, de sa direction et de sa vitesse de déplacement sans être entravé dans ses mouvements par des attaches, brides, laisses et autres liens semblables ».