Translate

mercredi 15 juillet 2015

Patrick Moutomé : non voyant, il dresse ses chevaux au contact et au ressenti

Patrick Moutomé: un autre regard sur le cheval
"Quand je suis à cheval, je n'ai pas l'impression d'être miraud!" D'entrée de jeu, Patrick Moutomé  annonce la couleur. Il va "calme, en avant et droit", se conformant dans la vie comme à cheval à la devise du général Lhotte.
Pourtant son chemin n'a pas été facile. Dans une première vie, Patrick Moutomé était cascadeur. "J'ai travaillé pour Mario Luraschi, puis, j'ai monté ma propre équipe. J'ai eu un accident en préparant une cascade dans un parc de loisirs. Un canon a explosé. J'étais devant. Les yeux et les poumons ont été les plus touchés".

Réanimation- Opérations- Rééducation- Patrick se retrouve non voyant pendant un an, puis il retrouve l'usage d'un oeil et remonte une équipe de cascadeurs. Mais à la fin des années 90, il reperd totalement la vue. "J'ai vendu mon centre équestre. J'étais persuadé que je ne pourrai plus jamais approcher un cheval". 

Un ami le pousse à remonter et Patrick part en Espagne choisir un cheval. "Je suis tombé sur un cheval noir intouchable et hystérique. Lido vivait attaché à une chaîne au fond du garage d'un ferrailleur. Je l'ai acheté pour le sortir de là". Deux autres poulains viennent compléter sa cavalerie. "Au début, il m'a fallu beaucoup d'humilité, d'abnégation et de courage. J'ai dû encaisser de nombreuses déceptions pour pouvoir poursuivre". 

Patrick Moutomé s'accroche. Il trouve ses repères sonores: deux radios posées à chaque bout d'une diagonale, l'une diffusant France Inter, l'autre France Musique. Un ami, Jean-Pierre Reuter, vient le faire travailler exigeant toujours plus de précision. Les chevaux font le reste. "Ils se comportent comme avec un cavalier normal. Ils me renvoient les informations. Quand je ne suis pas juste, je le sais tout de suite". 
"Ce qui m'intéresse, c'est l'échange!" dit Patrick Moutomé
Lido est devenu un cheval fin mais confiant. Il se montre parfois émotif mais la pression redescend immédiatement et il se remet sagement à sa place. "Notre relation est très belle. Si je descend par exemple et que je reste au milieu de la carrière sans bouger, il m'attend. Puis, il me suit partout." 
Patrick Moutomé a développé une équitation de contact. "Je touche beaucoup me chevaux. Pour le pansage, je ne les attache pas. Une main brosse, l'autre touche. Quand je monte, ma main les rassure. Ils la recherchent. Elle me sert aussi à évaluer mon travail. Lorsque je demande un étirement de l'encolure par exemple, ma main me permet de savoir si l'encolure est à la bonne hauteur et qu'elle sort bien du garrot". 

Patrick ne se contente pas de monter. Il éduque, il dresse. Une équitation de contact toute en finesse et en justesse que nous révèle le film ci-dessous.


2 commentaires :

  1. piou ! que dire ?
    j'essuie mes yeux et, que dire ?
    j'ai du chemin à parcourir avant d'oser approcher un tel niveau ... d'abord apprendre l'humilité
    Béa

    RépondreSupprimer
  2. Une belle leçon de vie. Merci monsieur.

    RépondreSupprimer