Translate

mardi 27 janvier 2015

Pour le sénat, les animaux ne sont pas des êtres sensibles!

La question animale devrait faire l'objet d'un vrai débat de société
Définitivement à contre courant, les sénateurs ont supprimé la qualité d"êtres vivants doués de sensibilité" accordée par l'assemblée nationale aux animaux, lors de la nouvelle lecture d'un texte de simplification du droit et des procédures. Lire mon post d'avril dernier sur le sujet. 

Contacté via Facebook, le député socialiste Jean Glavany qui avait fait voter ce texte par l'assemblé nationale espère que le texte sera validé en deuxième lecture mercredi par l'assemblée nationale.

Bien-sûr, ce texte n'entraînerait pas de changements notables pour la vie des animaux et le bien-être des chevaux en particulier. Toutefois, il a le mérite d'être une reconnaissance officielle. De quoi inciter les juges à être plus sévères en cas de mauvais traitements par exemple.


Mais une déclaration même de principe, c'est trop demander à nos très chers (entendez coûteux) sénateurs. Pourquoi prendre des risques et se brouiller avec les organisateurs de corrida, les gaveurs de canards ou d'oies, les marchands de cols en fourrure, les éleveurs intensifs...

Pourquoi se mêler de la vie animale quand il faut déjà mener son train de sénateur, voyager à travers le monde tous frais payés, acheter chaque mois pour 1000 euros en informatique, occuper trois collaborateurs à plein temps, dépenser 11540 euros net (dont la moitié seulement est soumise à l'impôt) ... J'en passe et des meilleures épinglées par Robert Colonna et Yvan Stefanovitch dans  "Le sénat: enquête sur les super privilégiés de la République" aux Éditions du Rocher.

Messieurs les sénateurs, soyez sérieux! Le texte que vous avez refusé n'aurait pas empêché les chevaux d'être montés, les animaux d'élevage d'être mangés mais au moins, on pouvait espérer  améliorer  leur conditions de vie et leur bien -être.

Un premier pas qu'il vous appartenait de faire avec courage et panache. On aurait tellement aimé vous voir sortir de votre train train et accompagner l'évolution des mentalités.

Lire l'article de 20 minutes et écouter l'interview de Jean Galvany sur RMC
et celui de Sciences et Avenir

3 commentaires :

  1. tout est dirigé par l'appât du pouvoir et du gain au prix de tortures et souffrances en tout genre. Peur des représailles et j'en passe, voilà ou on en est au sénat .
    Gandhi a dit: On peut juger la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités. Et que se passe t_il: création de laboratoires encore et encore, usines industrielles animales....

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. C'est bon, les députés ont adopté le texte à l'assemblée nationale. Reste que les sénateurs n'ont pas redoré leur blason..

    RépondreSupprimer