Translate

lundi 8 septembre 2014

JEM finale tournante: Patrice Delaveau, médaille d'argent

L'incroyable performance des chevaux et des cavaliers enflamme le public
43 centièmes de seconde! C'est tout ce qui sépare la médaille d'or pour le néerlandais Jeroen Dubbeldam et celle d'argent pour Patrice Delaveau. Un tout petit point de temps dépassé. Cela n'enlève rien à la magnifique performance signée par le français qui a fait vibrer le stade d'Ornano tout au long des Jeux Équestres Mondiaux.

Tous derrière Patrice Delaveau et Orient Express
J''ai rarement vécu un tel moment de sport. Stress, émotion, joie, déception (petite), je suis passée par toutes les émotions possibles!


Pourtant, j'étais venue avec un a priori défavorable. Cette finale à quatre dans laquelle, chaque cavalier réalise quatre parcours avec d'abord son cheval, puis celui de ses adversaires, me semblait trop dure pour les chevaux. Cela fait tout de même 10 obstacles à sauter quatre fois, plus les obstacles de détente. Presque cruel pour des chevaux qui ont déjà cinq parcours dans les jambes.  Et puis, c'est contraire à l'esprit de notre discipline qui est avant tout un sport de couple. Je trouvais l'échange de cavalier tellement stressant, angoissant pour les chevaux. Bref, j'avais des doutes!
Les chevaux qui attendent leur tour voient passer Patrice Delaveau

Finalement, j'ai adoré et les chevaux m'ont semblé vraiment allants. Orient Express, le cheval de Patrice Delaveau était bien plus bondissant que la veille! Bravo au chef de piste Frédéric Cottier qui a baissé les obstacles de 5 cm et bien dosé les efforts à fournir. La demie- finale a semblé plus impactante pour les chevaux (post à suivre).
Le néerlandais en route vers la victoire

Et puis, le niveau des cavaliers était tel que l'on n'a pas vu de reprise brutale ou de défense du cheval. Les quatre ont donné l'impression de se "couler" dans le cheval, de s'adapter à lui avec beaucoup de tact. L'américaine Beezie Madden a même monté Casall, le cheval du suédois Roff Göran Bengtsson, plus ouvert et moins contraint. Cela a presque marché...  On a vu des chevaux extraordinaires, des cavaliers subtils. Du beau, du grand, du vibrant!
Le français signent quatre sans faute


PS: quatre races de chevaux étaient à l'honneur: le selle français avec Orient Express, le cheval de Patrice Delaveau; le BWP (belge) avec Cortes, le cheval de l'américaine Beezie Madden, le Holstein (allemand) représenté par Casall Ask, monture du suédois Roff Göran Bengtsson et le KWPN (hollandais) Zenith, partenaire du champion du monde Jeroen Dubbeldam.

Lire mon post sur Patrick Delaveau et Orient Express
Lien vers Studforlife pour plus de détails

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire