Translate

jeudi 20 février 2014

Des portes de l'abattoir au paradis champêtre, la fabuleuse rédemption de Baritou


Le lusitanien rescapé a trouvé un compagnon

Baritou a retrouvé sa dignité de cheval. Ses yeux s'animent. Joyeux, il joue avec un nouveau copain. Il galope, se roule dans la boue et retrouve son box douillet le soir. Recalé par trois abattoirs suisses surchargés, il a été sauvé par le Refuge de Darwyn et adopté par Carina Mac Laughlan, qui vient d'être nommée présidente du Refuge de Darwyn France. Lire le post qui raconte son histoire.
C'était un cheval difficile qui ne laissait entrer personne dans son box. Il est devenu un cheval aimé. Son histoire a fait le tour du monde et l'article de Monchevalmedit a même été traduit en russe.

"Tout va bien. Il n'a montré aucune agressivité envers Kikou, le pur sang anglais que je lui ai présenté. Les deux s'entendent parfaitement et ne pensent qu'à jouer. Kikou est un pur sang anglais de quatre ans qu'on a laissé devant ma porte l'année dernière en plein hiver. Il était très maigre souffrant de piroplasmose. Le voir si heueux avec Baritou nous fait un bien fou. Je prends mon appareil photos et je les regarde. Cela vaut tous les films du monde."

A deux, on peut s'amuser
En acceptant la présidence du Refuge de Darwyn France, Carina Mac Lauglhan poursuit son engagement. Photographe d'art, elle a fait le choix de vivre avec les chevaux et pour eux. "J'ai toujours été sensible à la cause des chevaux. Végétarienne, je respecte le vivant. Je suis particulièrement attachée aux chevaux âgés, aux laissés pour compte, à ceux qui n'ont plus le droit de vivre parce qu'ils ne sont plus pratiques et montables. Voir un cheval de club ou de propriétaire laissé du jour au lendemain à un maquignon à l'âge de 17 ou 18 ans me révolte. Les chevaux méritent de vivre en dehors de l'équitation".
Jouer à c'est moi le plus grand...

Carina Mac Laughlan a conscience qu'elle ne peut pas tous les sauver. Mais quand sa route croise celle d'un cheval en souffrance, elle ne peut pas détourner son regard. Pourtant, n'attendez pas de cette grande dame la moindre sensiblerie déplacée, le plus petit signe d'anthropomorphisme. "Je me remets sans cesse en question avec les chevaux. J'essaie d'être juste et de rester dans le respect et la vérité du cheval".
Apprendre à se connaître
La présidence du Refuge de Darwyn France va lui donner une tribune.  Mobiliser les cavaliers à la détresse des chevaux, déposer des plaintes auprès des autorités en cas de maltraitance, intervenir rapidement, conduire des projets visant à renforcer la législation de protection animale... la tâche est immense. A la mesure du coeur et des épaules de cette "chef de clan" (le clan des chevaux) qui, lorsqu'elle regarde jouer Baritou et Kikou, sait qu'elle suit le bon chemin. 





Se rouler en même temps

Se faire des gratouilles

 A lire l'article de l'Indépendant qui raconte le parcours et les objectifs de Carina Mac Laughlan.





Aucun commentaire :

Publier un commentaire