Translate

dimanche 8 décembre 2013

Gucci Paris Masters: côté paddock avec les grooms

Curieux de tout
L'un des points forts du Gucci Paris Masters, c'est la proximité avec les chevaux. VIP, sportifs ou anonymes, tous les spectateurs ont accès au paddock! Et l'on voit les plus grands cavaliers du monde échauffer leurs montures avant le concours. Mais à quoi pensent les chevaux juste avant d'entrer en piste?

Ces athlètes de haut niveau passent leur vie à voyager aux quatre coins du monde. Atmosphère ouatée, température plutôt fraîche (quelques degrés de moins qu'au salon du cheval voisin), tout est fait pour qu'ils se sentent bien et retrouvent leur routine.
Chaque cheval a son groom qui le chouchoute, le prépare, le soigne, le fait marcher, lui donne un coup d'époussette juste avant son entrée en piste... Le groom est le repère du cheval, son complice, son ami parfois. Il est reconnaissable à son sac à dos, la cravache qui dépasse, le téléphone dans la poche du jean et des sucres dans la doudoune.
Pendant la reconnaissance du parcours par les cavaliers, les grooms marchent les chevaux en main ou montés. Les chevaux se déplacent machinalement, parfois en traînant les sabots, guettant le moment où leur groom va s'arrêter pour discuter avec un autre groom ou répondre au téléphone. Ils seront alors libres de s'assoupir quelques instants...
Certains chevaux sont parfaitement sereins. D'autres semblent préoccupés par ce qu'ils ont dans la bouche. Aimeraient-ils ouvrir un peu plus la bouche? S'exprimer? Peut-être...
Le secret d'un champion: savoir s'économiser!
La reconnaissance terminée, les chevaux commencent alors à sauter des barres, d'abord très basses. On dirait qu'ils sautent au ralenti. Certains chevaux sont limite au galop à quatre temps! Pas d'énervement, pas de cris, peu ou pas de désobéissance. Les chevaux sont dans leur routine. Aller sauter 1,50m, c'est normal pour ces champions hyper affûtés.
L'instant concentration
La plupart des chevaux entrent dans l'arène sans appréhension. Certains bouillonnent. Quelques uns sont emmenés par leur groom. Visiblement, ils n'ont pas beaucoup envie de "jouer". Ornella Mail, la jument de Patrice Delaveau entre calmement. Mais une fois en piste, elle rue violemment entre chaque obstacle. Que veut-elle exprimer? Sa mauvaise humeur? Sa rage de gagner?  Malgré ses ruades pénalisantes, elle gagnera l'épreuve de façon époustouflante!
Après leur parcours, les cavaliers trottent pour aider les chevaux à récupérer et à éliminer les toxines. Puis, ces derniers retrouvent leurs grooms pour la valse de soins, des bandes, du pansage. Sylvana, la gagnante du Grand Prix Gucci sous la selle de Kévin Staut n'a qu'une envie: retrouver sa tranquillité et son box.  Là encore, il faut que les athlètes se sentent chez eux avec toujours les même rideaux de box, la même malle posé à la même place, et parfois un doudou ou une peluche fétiche accroché aux barreaux. Voir la visite des écuries. Ainsi va la vie d'athlète de haut niveau. Aujourd'hui à Paris-Villepintes, demain à Zurich, Salzbourg, Aix-la-Chapelle.

L'attente fait partie du job!

Faudra-t-il ajouter une foulée ou non dans la ligne?  Rodrigo Pessoa donne les consignes



Tout l'intéresse!



Décontraction maximum avant l'effort

Simon Delestre  en pleine conversation

Concentration



L'importance du groom pour conserver un bon moral



Nounou du cheval et ... du cavalier
Une pause pour regarder le parcours des autres

Sac à dos, époussette, cravache... la panoplie du groom

Pour mieux connaitre la vie des grooms, lire le très bon livre d'Adeline Wirth "Palefrenière" aux éditions du Rocher.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire