Translate

jeudi 14 novembre 2013

Belles rencontres à Equita'Lyon: Nathalie Sucarrat, Natalie Pilley Mirande, Blandine Nicot, Grégoire Faucin Albertine Zullo ...

Aux petits soins pour les vieux chevaux
La halte culturelle d'Equita'Lyon permet de passer d'un monde à l'autre, d'un public à un autre. Sur son stand, Natalie Pilley Mirande dédicace à la fois ses romans pour la jeunesse et son manuel de soins aux vieux chevaux. "J'aimerais qu'on les accompagne le mieux et le plus longtemps possible". Natalie Pilley Mirande a recueilli l'expérience de Jean-Marie Laudat qui, pendant trente ans, s'est consacré à l'acceuil des vieux chevaux au domaine de Pech Petit dans le Lot. Ensemble, ils ont écrit "Comment s'occuper d'un cheval âgé" (éditions Zulma). On y apprend des tas de petits trucs pratiques sur l'alimentation et l'hydratation. Par exemple, pour empêcher les noyades de rongeurs ou d'oiseaux dans l'abreuvoir qui peuvent contaminer l'eau, vous pouvez mettre un ou deux gros rondins en bois. Ils permettront à l'animal de remonter en cas de chute dans le bac et éviteront à l'eau de geler en totalité en cas de froid.


Chou tout plein le dada d'Albertine
Deux suisses allemand signent un album pour les petits. Il s'appelle "Dada" et il est adorable! Encore une idée de cadeau à mettre sur votre liste!


Balade sur les hauts plateaux  d'Ethiopie



Ecuyère au musée vivant du cheval de Chantilly, Blandine Nicot et son compagnon Grégoire Faulin sont partis pendant deux ans à la rencontre des cavaliers d'Afrique. Ils ont découvert que 50% des chevaux d'Afrique étaient éthiopiens. "Le cheval invite à toutes les rencontres, raconte Grégoire. Il permet de voyager partout. On est entre cavaliers. Les gens sont fiers de parler de leurs chevaux. Les hommes, les femmes, les enfants, tout le monde monte à cheval. L'économie du pays repose sur le cheval. Dans les maisons, il y a le lit et le box".  Illustré par des photos d'Alain Laurioux, leur livre "Cavaliers d'Abyssinie" provoque une irrésistible envie de partir.





et au Maroc


Autre destination: le Maroc et ses chevaux barbes. Nathalie Sucarrat raconte l'évolution des élèves de la première école d'art équestre et de voltige pour "Frères cavaliers" aux éditions Favre. "Parce que les chevaux m'ont appris combien il faut dépasser les frontières. Les chevaux grandissent l'être humain, et utopiquement, je crois qu'ils recréent un dialogue... fécond."





Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire