Translate

mardi 16 juillet 2013

Chevauchée littéraire au festival des chevaux du sud

Jean-Louis Sauvat cultive l'art de l'essentiel
Rien de mieux qu'une balade à cheval en Camargue pour parler de ses écrits et ... raconter des histoires.

Très à l'aise, Jean-Louis Sauvat, monte à cheval tous les jours et donne des cours de dressage. Peintre et sculpteur célèbre, il évoque son maître Nuno Oliveira. "Il avait une fantaisie, un talent extraordinaire. Il vivait l'équitation dans son corps. Quand il montait un cheval, quel que soit le cheval, celui-ci changeait de forme".

Jean-Louis Gouraud, le "pape" de l'édition équestre
Le petit cheval Camargue et le paysage des marais permettent au cavalier comme à l'artiste d'épurer son travail et d'aller à l'essentiel. "La justesse est universelle", dit Jean-Louis Sauvat. Et de dédicacer son livre "Les chevaux d'Oliveira" à l'ombre des pins du domaine de Maguelone, souriant dans sa barbe blanche, heureux visiblement.


Jean-Louis Gouraud profite de cette journée de fête nationale pour raconter son arrivée à cheval sur la Place Rouge à Moscou le 14 juillet 1990. "J'ai eu l'autorisation de franchir le rideau de fer à cheval, après 3333 kilomètres de voyage avec mes deux trotteurs que je montais en alternance. Un jour, l'un me portait avec les bagages et l'autre suivait sans rien. Ce qui lui permettait de se reposer. Ce n'est pas marcher qui fatigue les chevaux. C'est le poids! Mon grand regret? Avoir dû tenir ma promesse à l'arrivée et offrir mes chevaux à Gorbatchev".  Quelques années plus tard, Jean-Louis Gouraud revient à Moscou, une nuit de février pour... voler ses chevaux! "Avec Eltsine, tout a basculé et la famine est arrivée. J'ai attendu que le gardien du centre équestre soit ivre pour faire monter mes chevaux dans le camion. J'ai roulé jusqu'en Pologne où je leur ai fait faire de faux papiers". Une des aventures que l'on retrouve dans "Le pérégrin émerveillé" aux éditions Actes Sud.
Marie-Noëlle Himbert, auteur et réalisatrice

Marie-Noëlle Himbert, auteur de "L'élégance de la liberté" aux éditions Actes Sud raconte la descente aux enfers du champion de saut d'obstacles Kevin Staut. En un an, il perd son titre, son sponsor, ses chevaux. Etonnant portrait sous forme de road movie d'un homme de cheval qu'elle a suivi de concours en concours et qui a effectué une remontée spectaculaire.

Demain : suite de cette chevauchée littéraire avec Véronique de Saint Vaulvry et moi-même.

PS: j'attends de récupérer des photos pour vous raconter le tournage pour Equidia, mon enlisement dans les marais et l'attaque de l'étalon sauvage.


Aucun commentaire :

Publier un commentaire