Translate

mercredi 19 décembre 2012

Pessoa de père en fils


Être le fils de, avoir une belle gueule et disposer des meilleurs chevaux du monde, ne suffisent pas à faire un champion! Dans "Tu seras cavalier, mon fils" aux éditions du Rocher, Sabine Delaveau raconte l'itinéraire de Rodrigo Pessoa, champion du monde et champion olympique.

Journaliste et femme du cavalier Patrice Delaveau, l'auteur nous livre un récit très documenté. Elle y raconte l'installation de la famille Pessoa en Europe, comment le père Nelson est devenu une légende, le fils un grand champion. Rodrigo apparaît comme un personnage complexe et réservé face à un père plus extraverti, visionnaire dans son sport. Le père et le fils sont tellement différents et, en même temps, indissociables. D'un côté l'homme de cheval (Nelson), de l'autre le pilote (Rodrigo).


Sabine Delaveau ne cache rien de cette quête d'absolu qui anime Rodrigo et qui le poussera à masser Rufus avec une crème chauffante et à être pris pour dopage aux Jeux de Hong Kong en 2008. Et l'on suit l'évolution d'un homme qui ne veut plus seulement avoir mais qui a décidé d'être.

 Un livre passionnant sur le CSO,  les rapports père-fils, la transmission, la lourdeur d'un héritage, le travail d'équipe...

Extraits choisis

Rodrigo le solitaire: p 58
"Etant seul, j'ai appris à m'occuper, à jouer, à me débrouiller et à trouver des solutions par moi-même... Ca ne m'a jamais posé de problèmes existentiels, car je suis finalement quelqu'un d'assez solitaire..."

Le regard des autres p 74
" C'était une catastrophe... Dès que je montais les épreuves à l'étranger, l'attention se faisait sur moi, le fils de Neco et je perdais mes moyens. Je ne supportais plus l'être l'objet de tous les regards quand j'entrais en piste..."

Le compétiteur p 75
"Gagner cette épreuve uniquement parce que je l'avais décidé m'a permis de comprendre que ma volonté pouvait être plus forte que tout le reste".

Le père et le fils p 90
"Aux antipodes l'un de l'autre, Neco et Rodrigo sont quant à eux le jour et la nuit. Le père est sentimental et excessif, tempétueux et rageur, le fils solitaire et énigmatique, parfois abrupt et tout en maîtrise. "

Un regard ténébreux p 135
" ... c'est d'abord un regard noir intense qui fixe et irradie n'importe quel humanoïde entrant dans son champ de vision... Et ce qu'on lit dans ses yeux, c'est une grande détermination, cette curiosité inépuisable et une volonté farouche de tout comprendre".

Un apprentissage rude p 142
"Dès l'âge de quatorze ans, Rodrigo monte régulièrement à cheval avec un bâton dans le dos pour apprendre à se tenir droit et il lui arrive de déjeuner ou diner avec cet artifice bien calé entre ses omoplates..."

Les colères de Neco p 143
... J'alimentais sa colère et il devenait fou... Ce n'est jamais agréable de se faire humilier devant tout le monde, mais il n'y avait pas de solution. J'encaissais..."

Sa rage contre Baloubet p 191
"... J'avais la haine contre lui, je ne l'avais d'ailleurs pas remonté depuis mon retour des Jeux. J'ai pris une cravache en plomb..."

Le dopage p 213 et 214
"J'ai triché, moi aussi, mais je peux dire que ca ne sert à rien. On ne résout pas les problèmes de cette manière, il faut voir plus loin et nous cavaliers, avons un devoir... J'ai touché la limite du système. Cette limite qui fait qu'à vouloir toujours rester au sommet, gagner plus, on perd doucement pied et on bascule du mauvais côté du miroir dès qu'on se sent moins fort, moins sûr ou moins armé que les autres".

L'avenir p 227
"Mais aujourd'hui, Rodrigo en a plein les bottes... Il veut en terminer avec cette route toute tracée depuis son plus jeune âge et programmée dès lors en mode automatique.... Il a besoin de souffler. De se poser..."




Aucun commentaire :

Publier un commentaire