Translate

samedi 1 décembre 2012

Avec les chevaux dans les écuries du Gucci Paris Masters

Ils suivent un entraînement d'athlète de haut niveau, voyagent aux quatre coins du monde, valent et rapportent des fortunes... mais ils ont tous (ou presque) leur doudou. Un singe rose, un ours blanc, une vieille peluche qui les accompagnent et qu'ils retrouvent à Abu Dhabi, Stuttgart, Vérone ou Paris. Avec les rideaux de box et la malle de pansage, le jouet accroché à la porte de leur box fait partie de leur univers. Il leur sert de repère et d'anti stress. Grâce à lui, le cheval le plus inquiet se retrouve comme à la maison. Son groom ne le quitte pas et s'efforce de lui créer un univers ouaté et confortable. Aux petits soins, il anticipe ses demandes, lui  prodigue des soins mais aussi des calins. Cela fait partie de la préparation mentale de ces champions.

 En visite dans les écuries du Gucci Paris Masters, invitée par La Cavalière Masquée, j'ai été frappée par l'extrême civilité des chevaux. Il suffit de les approcher pour qu'ils viennent chercher le contact. Curieux, Winnie, l'alezan de Cindy Van der Straten vient me renifler les cheveux. Cristallo, le cheval de l'américain Richard Spooner (n°13 mondial)  vient inspecter mon appareil photo pendant que Laurence, sa groom, lui applique de l'argile sur les tendons. Croisé dans l'écurie, Rodrigo Pessoa astique et réastique ses bottes. C'est peut-être sa façon à lui de se concentrer. Olivier Phillippaerts discute avec son soigneur de l'état d'esprit de son mythique cheval blanc Cabrio vd Heffinck. Dans l'écurie, tout est calme. Le "chaudron parisien" semble si loin.

Pourtant, de l'autre côté du rideau se joue l'épreuve de vitesse, le Longines Speed Challenge. Les cavalier rivalisent d'adresse, prennent des risques et parfois font des acrobaties (comme le cavalier marocain) pour prendre les options les plus improbables. Le public s'enflamme et encourage Roger-Yves Bost, qui prend la première place avec sa jument Castle. Sur le podium, Speedy Bosty reprend son souffle. Il avoue qu'il regrette d'avoir fait  5 foulées dans la ligne mais qu'il fallait bien qu'il "reprenne ses esprits"! Pourtant, personne ne viendra le détronner. Pas même la jeune américaine Reed Kessler qui à 18 ans prend la troisième place avec brio.

Dans les écuries, la jument de Bosty se repose. Au calme! C'est Philippe Rozier qui est passé le dernier qui prête sa monture pas encore dessellée au gagnant pour le tour d'honneur. La classe!




L'univers d'un cheval voyageur

Chaque cheval a son doudou
La garde-robe d'un athlète cheval


Olivier Phillippaerts


Aux petits soins autour de Cristallo

Aucun commentaire :

Publier un commentaire